La famille des Strigidés regroupe 189 espèces différentes qui présentent des comportements similaires et des apparences diverses.

Les Strigidés sont plus grands que les Tytonidés en général, et plusieurs critères les rendent très différents.

Les Strigidés ont une grande tête avec deux disques faciaux plutôt ronds et de grands yeux légèrement allongés. De nombreuses espèces présentent des touffes auriculaires évidentes, et on peut souvent voir des taches foncées sur la nuque, semblable à des faux yeux, principalement chez les rapaces nocturnes du type Glaucidium.

Mais comme les Tytonidés, les Strigidés ont des pattes emplumées, des doigts robustes et des serres puissantes. Les ailes sont grandes et le plumage brun ou gris est doux et épais, avec des plumes aux bases duveteuses. Les couleurs cryptiques des ces rapaces leur permettent d'être presque invisibles quand ils se reposent dans les arbres pendant la journée.

De même, les Strigidés présentent une importante asymétrie au niveau de la taille des oreilles, leur permettant de détecter les proies uniquement grâce aux sons qu'elles produisent. Les grands yeux allongés, positionnés bien séparément sur la face, leur donnent une très bonne profondeur de champ. Le bec est assez court et fort, avec une mandibule supérieure crochue et des plumes sétifères épaisses. La femelle est en général plus grande que le mâle.

La plupart des espèces sont nocturnes et effectuent des vols silencieux grâce à leurs rémiges douces. D'un autre côté, quelques oiseaux tels que les Glaucidium, Ketoupa et Scotopelia, sont largement diurnes et leur vol est moins silencieux que ceux des rapaces nocturnes.

Les Strigidés fréquentent tous les habitats terrestres habituels excepté les altitudes très élevées et les déserts arides et dépourvus d'arbres comme le Sahara. Ces oiseaux vivent sur tous les continents excepté l'Antarctique. Quelques espèces comme les Chevêches des terriers vivent sous la surface du sol, dans des terriers.Environ 95% des espèces vivent dans des habitats forestiers où elles trouvent nourriture et sites de nidification. La majeure partie de ces espèces vit dans les forêts tropicales.

L'espèce non forestière la plus typique est le Harfang des neiges. Il se reproduit dans la toundra Arctique, sur le sol, sur des promontoires ou des rochers. Il peut aussi utiliser des nids abandonnés par des aigles.

Les Strigidés sont habituellement sédentaires, mais quelques espèces migrent pour hiverner dans des zones où elles retrouvent le même type d'habitat. Ces oiseaux vivent depuis le niveau de la mer jusqu'à 2000 mètres d'altitude. Quelques espèces peuvent vivre jusqu'à 4700 mètres au Tibet, 3700 mètres dans les Andes, 4000 mètres sur les hauts plateaux d'Amérique du Sud et entre 3500 et 4000 mètres en Afrique.

Ces rapaces nocturnes passent la journée perchés dans des arbres ou des endroits discrets tels que le feuillage des arbres, les crevasses dans les falaises ou toute autre cavité naturelle. Leur plumage cryptique les rend invisibles s'ils restent immobiles.

Quand ils sont dérangés, ils peuvent devenir agressifs près du nid quand les poussins sont présents. Ils attaquent ou éloignent les intrus qui entrent dans le territoire. Les rapaces plus grands peuvent frapper des humains et sont alors dangereux pour les yeux pendant la période de nidification. La posture menaçante typique montre l'oiseau accroupi avec la tête basse, les ailes tombantes et le plumage gonflé afin d'apparaître plus gros. Il peut produire une grande variété de sons et claque du bec pendant ces parades.

Les rapaces nocturnes sont solitaires ou en couples. Ils chassent principalement à l'aube et au crépuscule, mais aussi en fin d'après-midi. Ils se nourrissent d'une grande variété d'invertébrés et de vertébrés tels que mammifères (rongeurs), oiseaux, reptiles, amphibiens et insectes. Ils poursuivent les oiseaux en vol ou plongent sur leur proie au sol après un vol bas. Ils sont capables d'entendre la proie, même à une profondeur de 45 cm sous la neige. Ces proies sont stockées pendant l'hiver soit à l'intérieur de la cavité du nid, soit dans une fourche d'arbre où elles peuvent rester plusieurs jours. Quand ces proies stockées sont gelées par le froid, l'oiseau « incube » sa nourriture afin de la réchauffer. Quelques espèces se nourrissent de poisson qu'elles chassent comme les aigles pêcheurs.

Les deux méthodes de chasse courantes sont « assis et attendre » depuis un perchoir, et « recherche active » tout en volant bas au-dessus du sol.

Les Strigidés, comme de nombreuses espèces d'oiseaux, régurgitent des pelotes qui contiennent les parties dures ou indigestes telles que les os, griffes, fourrure ou plumes.

Pendant la période de reproduction, le mâle émet des vocalises un mois avant la nidification afin d'attirer une femelle ou de renforcer les liens entre les deux partenaires. Les parades comprennent des claquements d'ailes en les joignant derrière le dos pendant le vol. Les couples volent et décrivent des cercles ensemble au-dessus de leur territoire, et le mâle effectue des parades haut dans le ciel. L'offrande de nourriture à la femelle est souvent observée, avec la femelle qui adopte la position des jeunes quémandant de la nourriture aux adultes, et le mâle qui bouge ailes et corps avant l'accouplement.

Ils nidifient dans des nids abandonnés par des aigles ou des ombrettes, dans des trous d'arbres, sur des corniches dans les falaises, sur le sol dans des terriers ou sur une plate-forme ou un monticule. Ils peuvent aussi utiliser des nichoirs artificiels.

La couvée comprend 2 à 4 œufs blancs, et jusqu'à 4 à 7 œufs ou plus selon l'abondance des ressources alimentaires. L'incubation peut durer de 22 jours chez les petites espèces à 32 jours chez les plus grandes. La femelle assure la totalité de l'incubation et des tâches liées à la nidification, mais le mâle chasse et nourrit toute la famille. Il donne les proies à la femelle qui les donne aux petits.

Les juvéniles des grandes espèces dépendent de leurs parents pour une longue période qui peut durer cinq mois. Chez les espèces plus petites, cette dépendance dure trois ou quatre semaines après avoir quitté le nid. Les jeunes effectuent des dispersions post-natales après avoir acquis leur indépendance.

Depuis bien longtemps, les rapaces nocturnes évoquent la peur et les superstitions parmi les humains, et ces oiseaux sont souvent associés à la mort. Ils jouent un rôle important dans les légendes et les mythes, à causé de leurs vocalises nocturnes. Selon les continents et les pays, les symboles varient, allant de la fascination à la garde des âmes féminines, en passant par des oiseaux possédés par les démons, ou ayant des pouvoirs surnaturels qui prédisent la mort si quelqu'un les entend. La liste de ces symboles est très longue…

Les rapaces nocturnes sont menacés par les persécutions, les empoisonnements, la perte de l'habitat et la fragmentation des forêts. L'éducation des humains, la protection et la conservation font partie de programmes en cours, afin d'aider ces oiseaux fascinants à vivre et à se reproduire dans le futur.

Ordre des Strigiformes
Famille des Tytonidés
Par Nicole Bouglouan
Famille des Strigidés
Par Nicole Bouglouan

L'Ordre des Strigiformes comprend deux familles, les Tytonidés (effraies et phodiles) et les Strigidés (chevêches, chevêchettes, chouettes, hiboux, kétoupas, ninoxes, harfang, grands ducs et petits ducs).

Nous commencerons par les Tytonidés qui comprennent 14 espèces d'effraies et deux espèces de phodiles.

Les Tytonidés ont en général une tête ronde et un disque facial en forme de cœur. La queue est carrée, les pattes assez longues. Les doigts robustes sont armés de serres puissantes.

Ils présentent souvent des parties supérieures sombres avec des marques, et des parties inférieures plutôt claires. Il existe des phases claires et sombres selon la distribution géographique, et de nombreuses variations de plumages sont constatées. Les marques sont en général fines, formant des barres ou des vermiculures lâches.

Les Tytonidés arborent un plumage cryptique qui leur procure un excellent camouflage. Les femelles sont plus grandes que les mâles. Les juvéniles sont souvent plus foncés que leurs parents jusqu'à l'obtention de leur maturité sexuelle.

Ces oiseaux sont très bien adaptés à leurs habitudes nocturnes grâce à la forme et à la composition des plumes du disque facial, à la disposition asymétrique des oreilles et à leur excellente vision due à leurs grands yeux.

Leur vol silencieux évite la détection du prédateur par la proie éventuelle. Les ailes présentent une sorte de surface duveteuse qui réduit le bruit pendant les battements.

Les Tytonidés peuvent être vus depuis le niveau de la mer jusqu'à 4000 mètres d'altitude dans les Andes et en Nouvelle Guinée. Selon les espèces, ces rapaces nocturnes fréquentent les forêts pluviales, lisières, cultures boisées, marais, lisières des mangroves et plaines avec arbres clairsemés. Leur habitat doit être adapté à la chasse et à la reproduction.

Les Tytonidés sont presque tous des oiseaux nocturnes, vivant seuls ou en couple. Ils sont souvent sédentaires et occupent leur territoire toute l'année, et même plusieurs années durant.

Ils émettent des sons variés tels que cris aigus et hurlements, ainsi que quelques sifflements. Pendant la reproduction, on peut entendre des cacophonies de sons divers émis par les deux sexes et les jeunes.

Les Tytonidés chassent des mammifères petits ou de taille moyenne, mais aussi des oiseaux, reptiles, amphibiens et insectes, suivant la distribution et la saison. Mais ils chassent principalement des petits rongeurs tels que souris et campagnols. La proie est en général avalée entière, mais ils régurgitent plus tard des pelotes qui comprennent les parties indigestes, os, fourrure et/ou plumes.

Ils chassent en volant silencieusement près du sol, cherchant et écoutant, et plongent sur la proie dès qu'elle est détectée et localisée, avec les serres tendues, prêtes à la saisir. Ils peuvent aussi chasser depuis un perchoir.

Ces effraies nidifient dans des cavités naturelles, souvent dans les arbres, mais certaines espèces nidifient sur le sol dans des terriers abandonnés parmi les touffes d'herbes.

Plusieurs semaines avant la ponte, les mâles chantent fréquemment la nuit près des sites potentiels de nidification, afin d'attirer les femelles. Le mâle effectue des vols de parade tout en criant, pratiquant des vols courts dans la zone du futur nid. Il peut aussi offrir de la nourriture à la femelle au cours des parades.

La taille de la couvée varie selon les ressources de nourriture, allant de 1 à 2 œufs et jusqu'à 4 ou 7 et plus chez l'Effraie des clochers.

L'incubation est assurée par la femelle qui développe une plaque incubatrice. La période peut durer environ un mois, mais varie selon l'espèce de 29 à 42 jours. Le mâle chasse et nourrit la femelle et les jeunes. La période au nid avant l'obtention du plumage complet varie aussi selon l'espèce, allant de 42, 60, 84 et jusqu'à 90 jours.

Les phodiles sont de taille plus restreinte que les effraies. Ils ont un disque facial plutôt triangulaire, divisé au niveau du front. Leur plumage est en général brunâtre foncé, densément marqué sur les parties supérieures et plus clair en dessous.

Ces oiseaux fréquentent principalement les forêts grâce à leur taille et leurs comportements sont probablement semblables à ceux des effraies, bien que leurs habitudes soient assez peu connues.

Les rapaces nocturnes sont des oiseaux fascinants, et depuis les temps anciens, ils ont été tour à tour effrayants, vénérés, considérés comme porteurs de chance ou inversement. Ils sont souvent associés à différentes superstitions et sont parfois tués par les humains.

Ces oiseaux meurent aussi par manque de nourriture, collisions avec les fils, les véhicules ou autres obstacles. Ils sont aussi la proie des rapaces nocturnes plus grands, ainsi que des mammifères et des serpents.

La dégradation de l'habitat et l'usage des pesticides réduisent les populations de rongeurs et les zones de nourrissage.

Des programmes de conservations sont en cours ou déjà établis afin de protéger ces rapaces nocturnes et leur habitat.

Sources  :

HANDBOOK OF THE BIRDS OF THE WORLD Vol 5 by Josep del Hoyo-Andrew Elliott-Jordi Sargatal - Lynx Edicions - ISBN: 8487334253

Animal Diversity Web ( University of Michigan Museum of Zoology)
http://animaldiversity.ummz.umich.edu/site/index.html

Famille