BREVE A VENTRE ROUGE

Pitta erythtrogaster

Classe: Oiseaux Ordre : Passeriformes Famille : Pittidés Longueur : 15-17,5 cm Envergure : ?? cm Poids 50-67,5 Longévité : ?? ans

Red-bellied Pitta, Red-breasted Pitta Pittaventrerosso Pita Roja Rotbauchpitta sundanpitta Roodbuikpitta Rødbuget Pitta Krasnobrioutchaya pitta Pita cervenobrichá Rödbukad pitta akaharayairochou

Caractères distinctifs : Cette espèce de petite taille a un plumage très variable selon les sous-espèces insulaires. La bande pectorale bleue et le ventre rouge sont présents chez presque toutes les races. Ces dernières se distinguent principalement par la couleur de la tête (qui intègre bien souvent du bleu au niveau du capuchon et des couvertures auriculaires). ainsi que par la présence ou l'absence de bande pectorale bleue . Les parties supérieures ont des couleurs qui varient du vert au bleu.
Chez la race nominale, la tête es brun-orange, mais le capuchon est plus sombre et devient châtain-orange plus brillant à l'arrière, ce qui est très nettemment visible sur la nuque. Les couvertures alaires , le manteau et la queue sont bleu-vert et séparés de de la tache châtain-orange de la nuque par une évidente bande bleu clair brillant. La gorge est noirâtre, contrastant avec la poitrine bleu-vert. Le reste des parties inférieures est rouge éclatant. En vol, on peut facilement apercevoir une petite tache alaire blanchâtre
Les immatures de la plupart des sous-espèces ont un dessus brun terne avec des taches clairsemées bleues et vertes sur le dos. Le dessous est blanchâtre avec des écailles brunes et noires sur la poitrine et des marques rouge écarlate pâle sur le ventre. Les juvéniles n'ont ni rouge ni bleu sur leur plumage, excepté un peu de bleu sur la queue et sur le croupion.
Dans le miliieu naturel, la brève à ventre rouge ne peut être confondue, hormis la race nominale des Philippines qui ressemble à la Brève de Koch (Pitta Kochi).

Chant et voix : Le cri le plus courant de ctte brève, apparamment délivré par la plupart des sous-espèces, est un sifflement tremblant et bas . Il monte d'abord légèrement puis il descend avec un bref hoquet entre les 2 partires du chant.
Les cris des différentes sous-esèces varient en inflection et en longueur. A Luzon, la première note "oaoaaaAAH-whoo" ondule considérablement tandis que chez la plupart des autres races, les séries de notes sont brisées, donnant à l'expresssion une apparence de bégaiement. Aux philippines, les mâles revendiquent leur territoire par des vocalises de Janvier à Mars.

Habitat et Distribution : Sur la plus grande partie de son aire de distribution,la brève à ventre rouge occupe les forêts pluviales de mousson et les parcelles en cours de régénération situées généralement en-dessous de1000 mètres. On peut l'apercevoir dans une grand nombre d'habitats forestiers, y compris situés sur un substrat calcaire. Sur la petite île de Siquijan, la race nomiale, occupe les forêts clairsemées et les broussailles alors qu'à Negros elle préfère les forêts denses.
Aux Sulus, ces oiseaux sont confinés aux zones ombragées de forêt primaire mais aussi dans les parcelles clairsemées secondaires. Aux philippines, les brèves à ventre rouge apprécient les sous-bois fournis sous les grands arbres ou le long des rives des cours d'eau peu profonds. Dans ce pays, on les trouve dans les plaines rarement au-dessus de 750 mètres à Bohol et de 620 mètres à Luzon.
En indonésie, les brèves à ventre rouge fréquenent les forêts à des allltitudes variables. A Sulawesi, la race celebensis fréquente les terrres basses jusqu'à moins de 1220 mètres alors que la race caruleitorques réside dans les forêts jusqu'à 750 m.On peut également les observer v dans les plantations mixtes d'arbres. Bishop fait remarquer que ces oiseaux sont particulièrement courants sur les sols volcaniques et dans les forêts où le sous-bois est formé de palmiers rotins . Dans les petites îles situées au large de Sulawesi, la race imspecata vit à proximité des villages dans des buissons résiduels , en alternance avec des cultures côtières , des boisements et des petits arbrisseaux. Plus à l'Est, aux Molluques,les races piroensis et rufiventris vivent respectivrmr,y jusquà 900 et 550 mètres. Ces 2 races ainsi que la sous-epèce rubinucha semlblent privilégier les masssifs de bambous. Aux îles Kai, la race kuehni marque une certaine préférence pour la végétation hautement dégradé. Dans l'Est de la Nouvelle-Guinée ; les sous-espècs qui résident dans ces régions fréquentent les endroits primaires et secondaires peu accidentés jusquà 1200 mètres. La Race Habenitchi peut vivre jusqu'à 1800 m. Les spécimens australiens de la race Macklotti utilisent une combinaison de forêts pluviales et de forêts-galeries denses sur la côte Est de la péninisule du Cape York.. A Goodenough; certains spécimen sont récoltés dans les régions montagneuses jusqu'à 600 m d'altitude.
Les brèves à ventre rouge ont un vaste territoire insulaire qui s'étend du Nord des Philippines (Luzon) jusqu'à Nord du Queensland sur le continent australien en passant par la Papouasie-Nouvelle-Guinée. Il y a officiellement 24 sous-espèces :
A) Sous-epèces des Philippines et de la Wallacée : 1) P.E.erythrogaster (Archipel philippin et plus particilèrement Bariban, Bohol, Bongao, Caminguin, Cebu, Luzon, Marinduque,Masbate, Mindanao,Mindoro, Panay, Négros, Samar, Catanduanes et Leyte) 2) P.E.propinqua (Palawan et Balabas) 3)P.E.thompsoni Culion et Calauit) 4) P.E. celebensis (Sulawesi et îles Toygan) 5) P.E.impeculata (Karakelong,Salabulu, les îles Taland) - 6) P.E.careuleitorques (sangihé) - 7) P.E. palliceps (siau et Tahalanggang) 8) P.E.rufiventris (Nord des Molluques) - 9)P.E.cyanonota ( Termate, Halmahéra) - 10) P.E.bernsteini (Gebe) 11) P.E.rubinucha ( Buru islands) - 12) P.E.piwensis (Seram) - 13) P.E.kuehni ( Tual et KAi Islands)
B)Sous-espèces de la Nouvelle-Guinée , de l'Australie et du sud-Pacifique : 1)P.E.macklotti (Nouvelle-Guinée et Cap York) - 2) P.E.loriae ( SE-NW de la Kumasi river au Nord à Cloudy bay au sud) 3) P.E.Habenichti ( Nouvelle-Guinée des Mts Weyand jusqu'à la baie de Geevink et le baie de l'AStrolabe) 4) P.E.oblita (Montagnes de la région australe) 5)P.E.meeki (Rossel island, Louisiade) - 6) P.E. finschi ( FErguson et Goodfellow) 7) P.E.aruensis (Aru Archipelago) 8) P.E.gazellae (New Britain, Umboi) 9) P.E.novaehibericae ( New Ireland, Bismarck) - 10) P.E.extinga ( New Hannover, BIsmarck) 11) P.E.splendida (Tabar)

Comportements :D'après les indigènes de Nouvelle-Guinée, les oiseaux de la race Macklotti forment des petits groupes de 3 individus. Selon la plupart des autres chercheurs, ils vivent en solitaire, ce qui n'empêche pas certains partenaires de rechercher leur nourriture à proximité l'un de l'autre.
Les habitudes alimentaires ne sont pas bien connues,toutefois la plupart des ressources sont obtenues en creusant le sol mou avec leur bec. A l'instar de la plupart des pittidés, ces brèves peuvent être observées le long des sentiers aux premières lueurs de l'aube et au crépuscule. Quand elles se déplacent, elles orientent leur queue vers le bas.
En Australie, Zimmerman a pu observer un individu solitaire réalisant une parade nuptiale assez semblable à celle de la Brève iris. La même parade a pu être aperçue consernant 2 oiseaux. Dans ce dernier cas, la femelle se penche si bas que son ventre touche le sol. Apparemment, c'est elle qui prend l'initiative d'attirer le mâle à terre en produisant un cri assez sembable à celui de la Brève versicolore. Les indiividus de la race nominale semblent être des migrants locaux aux Philippines. Ceux de la race Macklotti en Australie se déplacent peut-être vers le Nord en direction de la Nouvelle-Guinée entre Mars et Octobre.

Reproduction : Le nid est généralement placé à faible hauteur sur une tablette, entre les racines d'un arbre, dans un petit palmier rottin, jamais à plus de 10 mètres au-dessus du sol. Aux philippines, il est parfois situé dans un trou de berge, en Nouvelle-Guinée, on le trouve souvent sur le sol . C'est une construction en forme de boulle ou de dôme, avec un diamètre de 17 à 22 centimètres et une entrée latérale de 5-6 cm. Elle est bâtie avec des brindilles, des feuilles, des nervures de fougères et d'herbes, le tout étant aggloméré avec du coton et des matières végétales hirsutes.
La ponte comprend généralement 2 oeufs, de couleur blanc-crême avec des mouchetures brun-violacé et des grosses taches sous-jacentes gris-lilas. Parfois, il y peut y avoir 3 ou 4 oeufs, (généralement 3 en Australie). Aux philippines, les oeufs mesurent en moyenne 27mm sur 20 et ils sont couvés par les 2 parents, bien que la femelle s'apllique plus dans la tache. La durée d'incubation et de séjour des jeunes au nid est inconnue.
Sur l'ensemble du vaste territoire, la reproduction se déroule quasiment à tous les mois de l'année. La période des nids a lieu de Novembre à Septembre aux Philippines, en Octobre à Sulawesi, probabmeùent à tous les mois aux Molluques, et en Novembre à Buru. . Les autres dates sont les suivantes : Mars-Juin dans l'Ouest et le Nord de la Nouvelle-Guinée, Avril-Octobre dans le Sud et l'ESt , après les pluies d'Avril à l'Archipel Bismarck, de Janvier à Février en Australie.

Nourriture : Aux Philippines, le régime est constitué principalement avec des insectes et des vers de terre. D'après Mayer, à Sulawesi, la brève à ventre rouge consomme surtout des petits coléoptères et des chenilles. Aux îles Talaud, le menu ne varie pas et est composé de petits coléoptères et d'autres insectes. . En Nouvelle-Guinée, les insectes, les larves de ces derniers et, dans une moindre mesure, les matières végétales sont répertoriés.

Protection/Menaces : Bien qu'à Luzon et dans certaines parties de son aire, la brève à ventre rouge soit assez commune, dans d'autres endroits, sa répartition est asssez irrégulière et elle peut pâsser inaperçue. A Leyte, elle est extrêmmement rare tout comme dans la péninsule de Baatan (Luzon). A Sulawesi, on peut souvent entendre ses cris., ce qui tend à prouver qu'elle est commune dans les habitats qui lui conviennent. Dans le Nord des Molluques, la race rufiventris est assez répandue. En Nouvelle-Guinée, le statut de l'espèce est incertain mais, comme le domaine forestier demeure assez bien conservé,il est probable que les populations qui y vivent, y soient assez nombreuses. La densité est estimée à environ 30 individus/Kilomètre carré dans la province centrale près de la rivière Brown. Les population de Fergusson et de Goodenough sont réputées comme inconnues à présent, bien qu'ayant été communes au début du XXème siècle.