STURNELLE DE L'OUEST

Sturnella neglecta

Classe : Oiseaux Ordre : Passeriformes Famille : Ictéridés Longueur : 16-26 cm Envergure : 41 cm Poids : 89-115 gr Longévité :?? ans

Western Meadowlark Wiesenstärling Sturnella allodola occidentale Turpial Gorjeador   Geelkaakweidespreeuw Västlig ängstrupial

Habitat et distribution : La Sturnelle de l'Ouest fréquente des zones herbeuses de toutes sortes : surfaces rapeuses de déserts, savannes, prairies à courtes et longues herbes, paturages et champs abandonnés. On la trouve également dans les haies et dans la luzerne, les vergers , les bords des routes et les lisières recouvertes de mauvaises herbes des anciennes friches industrielles. Dans la partie occidentale et commune de leur aire, la sturnelle de l'Ouest fréquente des habitats plus arides et plus sableux que la Sturnelle des prés.

Cependant, dans l'Est de leur territoire commun, il n'y a pas de différence notable dans le choix des sites de nidification. Dans le Sud-Ouest, la strurnelle de l'ouest sélectionne des prairies plus humides que la Sturnelle de Lilian. Elle se tient vraisemblablement plus près des cours d'eau et dans des environnements perturbés comme les fermes et les ranchs. En hiver, elle s'installe dans des payasages ouverts, les terres agricoles, les cours de golf, les aérodromes, et dans d'autres lieux herbeux assez similaires à ceux qu'elle fréquente pendant la période de reproduction.

C'est un oiseau très répandu dans tout l'ouest du continent nord-américain, plus clairsemé et local à la lisière la plus orientale de son aire. Dans la première partie du XXème siècle, son aire s'est considérablement développée en direction de l'Est, mais elle s'est à présent stabilisée et même elle est légèrement en retrait. Son aire de nidification s'étend au Canada du nord de la Colombie Britannique jusqu'à l'Alberta et peut être le sud du Québec. Elle se poursuit aux Etats Unis jusqu'à la Baja Californienne, l'Arizona, le Centre du Texas et le Nord-Ouest de la Louisiane. En direction de l'est, elle s'étend au maximum jusqu'au Nord-Ouest de l'Ohio, bien qu'on la soupçonne de nicher dans la basse vallée de l'Hudson, dans l'état de New York. On la trouve aussi au Mexique dans le nord de la province de Sonora. En hiver, les populations les plus nordiques migrent vers le sud, dans les provinces les plus au Nord du Mexique (Nuevo Leon, Michoacàn) et dans le sud du Texas , la Lousiane et le Mississippi. La limite Est de son aire d'hivernage est incertaine en raison des confusions entrainées par sa grande ressemblance avec la sturnelle des prés. Cependant, il est probable qu'elle s'installe en hiver dans l'illinois, le Kentucky et le Tennessee, bien qu'en nombre peu important dans ces deux derniers états.

Caractères distinctifs : Le mâle nuptial affiche un capuchon brun-noirâtre avec une raie centrale blanche qui contraste. Le large sourcil blanchâtre qui surmonte l'iris noir est sensiblement jaune en avant de l'oeil. Les lores et les couvertures auriculaires sont gris. La strie noire qui part de l'arrière de l'oeil est de la même couleur que le capuchon. L'anneau occulaire blanchâtre est à peine perceptible sur la face pâle. L'ensemble des parties supérieures est parcouru par un réseau complexe de barres et de stries. Chaque plume du dos et des scapulaires est gris-brun sombre avec une large terminaison brun clair. Elle est bordée de chamois sur toute la longueur des deux côtés. Ces pâles marques s'usent au cours de la saison si bien que le dos parait plus sombre à la fin de l'été. Les grandes couvertures portent de fines barres blanches. La queue est barrée, les trois rectrices extérieures sont blanchâtres avec une petite tache sombre à leur extrémité. Le dessous est majoritairement jaune éclatant du menton jusqu'à la zone anale. La poitrine porte un large "V" Noir. Les flancs sont gris pâle avec des stries noires jusqu'aux sous-caudales. Le bec est bleu grisâtre avec une pointe et culmen sombre. Les pattes sont couleur chair.

En période non-nuptiale, le mâle possède un plumage frais qui, contradictoirement, le fait paraître plus terne et masque partiellement ses caractères les plus remarquables. Ainsi, le dos et les scapulaires présentent de franges complètes pâles qui donnent au dessus un aspect écaillé. Le jaune des parties inférieures affiche un aspect plus terne en raison de la bordure chamois des plumes. De même, le "V" noir de la poitrine est moins visible car en partie masqué par des bordures grises ou chamois. Le jaune des joues est complètement obscurci par des terminaisons sombres.

La femelle nuptiale est presque identique à son partenaire, si ce n'est qu'elle parait plus pâle et affiche moins de jaune sur les joues. Le "V" noir pectoral est plus réduit. Une femelle seule ne peut être identifiée à coup sûr. Elle ne peut l'être qu'en présence d'un mâle, et en utilisant des critères comme le chant et le comportements. La femelle en plumage non nuptial, est plus terne, pour les même raisons que le mâle. Les immatures se distinguent des adultes par la série de petites taches sombres qui maculent la poitrine et qui remplacent le "V" habituel de leurs parents.

Voix : Le chant est une série de riches sifflements flutés qui se terminent en une sorte de gloussement. Le cri le plus courant est un "chupp" ou un "chuk" rauque émis par les deux sexes.

Reproduction : Le nid est une structure en forme de dôme construit avec des herbes et placé à terre. souvent, des chemins d'accès mènent au nid et ceux-ci sont parfois recouverts par la femelle, formant une sorte de tunnel. Dans le nord de l'aire de distribution, la construction de l'édifice commence à la fin Avril et elle est achevée approximativement en une semaine. Les nids sont construits de telle façon que les ouvertures soient orientées dans une direction opposée à celle d'où viennent les vents dominants. La ponte comprend 3 à 6 oeufs dont l'incubation dure deux semaines. Les oeufs ont un fond blanc avec des marques brunes ou châtain concentrées sur la partie la plus large. Les femelles qui ont mené à terme leur couvée, ont tendance à nicher une seconde fois dans la saison. Les nids des sturnelles de l'Ouest sont assez fréquemment parasités par les vachers à tête brune, mais l'opération ne semble rencontrer qu'un faible taux de réussite.

Comportements : Les mâles arrivent sur les lieux de nidification au moins deux semaines avant les femelles et commencent à revendiquer leur territoire. Ils sont très territoriaux, et peuvent continuer à chanter jusqu'à la fin de l'été, même lorsque la seconde nichée a été mise en place. ils défendent leur propriété avec acharnement contre les deux autres espèces de sturnelles qui partagent la même aire de distribution. Pendant la saison de reproduction, les mâles sont très visibles, délivrant leurs vocalises à partir d'un perchoir bien en vue, souvent des poteaux de clôture ou le sommet de certains arbres ou de certains buissons isolés. Les femelles sont plus discrètes, bien qu'elles soient repérables à leurs cris crépitants. Dès l'arrivée des femelles, les couples sont rapidement formés. Cette période est marquée par de multiples poursuites aériennes , les femelles qui pénètrent sur le territoire étant pourchassées par le titulaire auquel viennent se joindre les mâles des territoires adjacents. Ces parades sont suivis de rituels qui se déroulent à terre, mais généralement sans vocalisation.

Le mode de reproduction est polygame, chaque mâle ayant la charge de 2 ou 3 femelles. Pendant la période de ponte et un peu avant, les femelles sont agressives à l'encontre de leurs concurrentes, mais cette agressivité diminue pendant la couvaison, à tel point que le mâle peut, pendant cette période, acquérir une nouvelle partenaire. Les mâles participent au nourrissage des oisillons mais ne prennent aucune part dans la construction du nid. En hiver, les strurnelles de l'ouest se regroupent en bandes de petite et de moyenne taille. Elles sont plutôt calmes pendant cette saison.

Leur vol, très caractèristique et identique en ce qui conncerne les deux sexes, est constitué d'une alternance de soudains et puissants battements d'ailes et de glissades. Le blancs des rectrices est particulièrement visible en vol et à l'atterrissage.

Nourriture : Les sturnelles de l'Ouest ont un régime qui diffère peu de celui de sa proche cousine, la Sturenelle des prés. Elle consomme principalement des insectes, des graines cultivées et des mauvaises herbes.