Caractères distinctifs :
La  pie bleue est   remarquable par certains traits particuliers  : capuchon sombre, manteau  gris, ailes bleues et  queue distinctive aux decorations  complexes. La tête est  relativement large, les plumes de la nuque sont légèrement  ébourifées, les ailes sont brèves et  larges,  la longue queue est fortement graduée.
Le  bec  petit,  fin  et  pointu  est  orné de vibrisses nasales, les pattes  ne  sont pas  très sturdy.
Chez la race nominale,  la calotte brune descend  jusqu’au dessous des yeux, des couvertures auriculaires et de la  nuque. Elle  contraste  avec les joues et la  gorge blanche..L”étroit collier situé sous la nuque est  mis en valeur entre le capuchin  sombre et le gris terne des parties supérieures. Les couvertures bleu   poudre sont  bordées  par les  rémiges  noires. La queue  est bleue,  exceptéc les bordures  terminales  des rectrices externes.  Le dessous blanchâtre est revêtu d”un lavis  gris.  Les iris varient du brun  sombre au noir. Les pattes  sont noires. Les sexes soont identiques,  les juvéniles ressemblent  à leurs  parents sauf le capuchon  qui est  plus sombre et les  couvertures qui  sont  teintées de couleur sable. Les différentes races se distinguent  par leur taille et  par  l’intensité du  gris sur  les parties supérieures. La race japonica est la plus originale,  avec  son  dos gris  foncé et  ses ailes bleu-brillant.

Chant et  voix
Les cris sont souvent variables selon les régions  mais  on n’en connait pas les raisons exactes. Le cri le plus courant est  un  “screeep” trillé et  tremblant  qui  est  utilisé comme contact  lorsque  les oiseaux se  déplacent  et  se croisent dans les  brousailles. Dans  de  nombreuses occasions,  les vocalisations de la pie bleue  ressemblent à ceux  des pies de  Cook (Corvus cooki). Chez  les  populations de  la race  swinhoei, le grincement  est  décrit  comme  lent  et  craquant  et  il se termine par  un “keeow” aigü  qui rappelle  celui  de la  pie   (corvus monedula)

Habitats et Lieux de vie :
Les pies  bleues fréquentent les  fourrés qui sont situés dans les plaines et plus particulièrement les zones mixtes de pruniers et  de  saules, ainsi que les parcelles de  grands arbres caduques  parvenus à maturité sur le berges des rivières. On  les trouve aussi dans les jardins abandonnés et dans les parcs,  y compris ceux qui  sont intallés au centre des villes. Elles évitent les  forêts épaisses et les  versants des  montagnes. Par contre,  elles montrent une grande  attirance pour les cultures boisées, les vergers  et les  boisements  mixtes qui bénéficient  de nombreuses trouées ou  d’abondantes  ouvertures.  Les pies  bleues  vivent du  niveau de la mer  jusqu’à 1600 m d’altitude.
Sous-espèces et Distribution
Les pies bleues à calotte noire sont originaires  de  la partie  orientale de l’Asie : extrême Est de   la  Russie (Yakoutie et region  du  lac Baikhal), Nord de la Chine,  Péninsule Coréenne, et  Archipel  du  Japon.  7  sous-espèces sont officiellement enregistrées  à  ce jour  :
·  C. c. cyanus  – NO et Nord de la Mongolie, Transbaikhalie, Yakoutie jusqu’au SE de la Russie,  NE de la Chine (N Heilongjiang).
·  C. c. japonica  – Centre du  Japon (Nord et Centre de  Honshu).
·  C. c. stegmani – Sud du Heilongjiang (NE China).
·  C. c. koreensis  – péninsule coréenne  
·  C. c. kansuensis  – Nord-Centre de la Chine (NE Qinghai, W Gansu et NO Sichuan).
·  C. c. interposita  – Nord de la  Chine,  du Ningxia et de l’Est du  Gansu,  du  Shaanxi jusqu”au Hebei et au Shandong.
·  C. c. swinhoei  – Est-Centre de la China ( du Sichuan jusqu’au  Zhejiang et Jiangxi).

Comportements :
La plupart des populations sont  sédentaires.  Dans la régon  de  l’Oussouri,  elles sont  dispersives et elles rejoignent  les  contrées   ouvertes et  même les  régions  proches du littoral. Ceriennent  parviennent   jusquau   Nord  du  Heilongjiang. De tels déplacements sont absents à Honshu, au  Japon. Cependant, dans ce dernier pays, leurs  lieux de  vie sont influences  par les chutes de neige en  hiver.

Reproduction :
La plupart des pontes s’effectuent en  Mai-Juin, le paroxysme est atteint  dans la seconde partie du mois de  Mai dans le sud-est de la Russie et au  Japon. Comme  les couples restent ensemble  même pendant toute la période des grandes  bandes,  il semble  bien  que les  pies bleues soient  monogames et  établissent des liens conjugaux solides pendant  toute  l’année. Ces oiseaux de la femille des Corvidés sont très sociaux et ils établissent des colonies au sein desquelles les nids sont  distants de  15  mètres les uns des autres. Chaque arbre   contient  rarement  plus d’un nid. Les assistants,  qui  sont généralement des jeunes des couvées précédentes,  aident les parents  à  nourrir les oisillons.
Le nid est construit principalement par la femelle, les mâles collaborent en apportant les  matériaux  et les jeunes assistants participent aussi  pendant les 10  à 18  jours que durent  les travaux.Le nid est un amas de brindilles et  de radicelles. Il  est  souvent surmonté d’un dome de tiges accumulées et il possède une coupe  profonde tapissée de  plantes souples et  parfois de fourrure. 
Le nid est placé sur le feuillage extérieur d’ une longue branche , rarement  à plus de  2 mètres au-dessus du sol. Parfois, il est posé sur le sol, rarement il est installé à 15m dans  une cavité naturelle. La ponte contient 5 à 8  oeufs, que la femelle couve seule pendant 16 jours. Les poussins sont nourris par les 2 parents qui  reçoivent l’aide des assistants.
Au début du  mois de  juillet,   les juveniles établissent  des crèches qui durent  plusieurs semaines  et  qui les  aident    à  se préparer  pour l”hiver.  Les  nids des  pies bleues sont  régulièrement parasités  par les coucous communs (cuculus canorus) .

Nourriture  :
Les pies bleues ont omivores,   elles  consomment  une grande variété d’aliments, notamment des insectes et leurs larves, ainsi qu’un grand  nombres de fruits et de  noix. Dans  l’Oussouriland, ces  oiseaux ingurgitent  surtout  des fruits, des araignées et  des insectes au  printemps, des fruits et  des baies en  hiver . En  automne,  ils  ingurgitent  des invertébrés  qu’elles trouvent dans la  litière de  feuilles. Les pies  bleues  prospectent aussi parfois dans les écorces et  récupèrent  des déchets provenant de décharges.. Elles recherchent leur  nourriture en  bandes de taille plus ou moins variable pouvant atteindre jusqu’à 100  individus.. Elles se déplacent d’arbre  en arbre en adoptant  un dispositif en file indienne. Certains individus inspectent la  canopée,  se  tenant occasionnellment la tête  à l’envers  pour acquérir une  plus grande  efficacité. Le reste du groupe  descend à  terre, sautille par bonds et déploie la queue en  tournoyant au-dessus de la  litière de feuilles.

Protection/Menaces :
D’après le Handbook des oiseaux du monde, cette espèce nest pas globalement menacée.  Elle est répandue ou localement commune, ses  habitudes coloniales  rendent  son  apparence plus dispersée qu’elle n’est en réalité, en  particulier dans l’Ouest de son aire de distribution; Dans l”est de la Sibérie et en  Chine,  les effectifs paraissent plus compacts dans  les endroits où  elles semblent avoir trouvé des habitats appropriés. Au Japon, dans le centre de Honshu, bien qu’elle ait  disparu dans les zones où elle est en competition avec la  pie bavarde, elle reste courante. Sa tentative  d’implantation à Hong-Kong  s’est soldée  par  un échec.

PIE BLEUE

Classe : Oiseaux Ordre : Passeriformes Famille : Corvidés Longueur : 34-35 cm Envergure : ?? cm Poids : 65-76 gr Longévité : ?? ans

Azure-winged Magpie Blauelster Rabilargo Gazza Azzura cháng-wěi bāláng Blauwe ekster Blåskata Pega-azul Golubaya Soroka kékszarka Blåskade Siniharakka straka modrá modraňa družná, Straka belasá Blåskjære