PARULINE TRISTE

Geothlypis philadelphia

Classe : Oiseaux Ordre : Passeriformes Famille : Parulidés Taille : 12-13 cm Envergure : ?? cm Poids : 9,6 -17,9 g

Mourning warbler Graukopf-Waldsänger Parula lamentosa Reinita Plañidera Grijskopzanger
??   korpikerttuli   Sørgesanger Sorgskogssångare Svartbrystparula
lesnácek edokápý lasówka rdzawoboczna ??

CARACTERES DISTINCTIFS

Chez le mâle adulte , la tête, la gorge et le haut de la poitrine sont gris métallique avec une zone de mouchetures noires sur la gorge et sur la poitrine qui forme une assez large bordure sombre à la limite extérieure du capuchon. Les parties supérieures sont entièrement vert-olive, les plumes des ailes et de la queue sont brun-noirâtre avec des liserés vert-olive, ces derniers étant nettement plus visibles sur les couvertures, les tertiaires et les rectrices centrales. Le bas des parties inférieures est uniformément jaune. Le bec est noirâtre avec une mandibule inférieure couleur chair. Les pattes sont chair-rosâtre très brillant. Le mâle est semblable toute l'année mais, en plumage frais non-nuptial, le dessus et la nuque ont une légère nuance brunâtre à cause des étroites franges des plumes.
Chez la femelle adulte , le plumage est un peu plus terne, notamment sur le capuchon qui est gris pâle. Les mouchetures noires sur le bas de la poitrine sont absentes. La gorge est nuancée de blanc-crème ou de jaune. Le fin trait oculaire est blanchâtre mais il est fractionné au niveau du front et en arrière de l'il. La femelle est similaire pendant toute l'année mais le capuchon est délicatement nuancé de brunâtre en non-nuptial et le lavis sur la gorge est plus pâle, plus crémeux. L'impression de bande pectorale complète est maintenue.
En plumage non-nuptial, le mâle de première année ressemble à la femelle adulte, , mais la gorge et le centre de la poitrine ont une coloration jaune pâle, donnant l'impression de briser la bande pectorale. Le haut de la poitrine affiche parfois un léger mouchetage noir. En plumage nuptial, il est comme le mâle adulte, avec un parfois un peu d'olive sur la nuque Très occasionnellement, il a un anneau orbital blanc, semblable à celui de sa mère. Au printemps, les plumes des ailes et des rectrices sont probablement plus usées que celles des adultes.
Les femelles de première année sont, en plumage non nuptial, assez semblables aux mâles de première année. Elles s'en distinguent toutefois par leur coloration plus terne ainsi que par leur tête et leurs côtés de la poitrine plus olive-brunâtre avec une nuance grise. Il n'y a pas de noir sur la poitrine. En plumage nuptial, ces jeunes femelles sont très semblables aux femelles adultes. Chez les juvéniles , la tête et le dessus virent à l'olive-brunâtre, les grandes et les moyennes couvertures sont terminés de cannelle clair, créant 2 barres alaires. L'anneau orbital est chamois clair. Le dessous est brun-olive avec une nuance jaune sur le ventre. Le bec et les pattes sont plus clairs que chez les adultes.

CHANT ET VOIX

Le répertoire des cris est limité : un « jik » ou un « chack » rude, tranchant et peu harmonieux, ainsi qu'un « zee » bourdonnant émis en vol et assez semblable à celui de la paruline du Connecticut (Oporornis agilis).
Le chant le plus typique est une série de 5 ou 6 notes puissantes, roulantes et mal articulées, les 2 ou 3 dernières étant moins élevées. Ce qui peut être retranscrit de la façon suivante : « churee churee churee churee churee » Parfois, la première partie du chant est composée de notes simples et la seconde partie est presque exclusivement un gazouillement. Une autre variante consiste en une suite de double-notes mais sur un seul ton. Au costa-rica, on peut entendre un magnifique gazouillement prolongé juste avant le départ de la migration de printemps. On connait également un chant de vol au cours duquel cette paruline s'élève du sol et grimpe jusqu'à un perchoir situé à 7 mètres de hauteur

HABITAT ET DISTRIBUTION

Les parulines tristes fréquentent les lisières et les clairières des jeunes zones boisées en cours de régénération qui ont un sous-bois bien fourni. On les trouve souvent à proximité des marais et des tourbières. Pendant la migration, elles utilisent une grande variété de de boisements et de zones broussailleuses, restant souvent à proximité du couvert. En hiver, on les trouve dans les denses broussailles basses et dans les fourrés en pleine expansion plutôt que dans les boisements. A cette époque de l'année , elles peuvent grimper jusqu'à 1400 mètres d'altitude.


Ces passereaux de petite taille sont originaires du Nord du continent nord-américain, de l'Alberta et de l'extrême Est de la Colombie Britannique jusqu'à Terre-neuve et la Nouvelle-Angleterre, y compris la région des Grands Lacs. Ils nichent également plus au sud dans les Monts Appalaches jusqu'à la Virginie Occidentale. Les parulines tristes hivernent en Amérique tropicale, du sud du Nicaragua jusqu'à l'Ouest de la Colombie, le Nord de l'Equateur et l'Ouest du Venezuela

COMPORTEMENTS

En hiver, les parulines tristes vivent en solitaire et établissent des territoires dans lesquels ils se nourrissent. Ces oiseaux sont généralement très discrets et se dissimulent dans les feuillages. Cependant, les mâles chanteurs s'installent sur des perchoirs bas bien en vue pour délivrer leurs vocalises.
Les parulines tristes sont des migrateurs de longue distance, migrant encore plus au sud que les parulines de McGillivray. La plupart d 'entre elles migrent en empruntant la vallée du Mississippi et les Monts Appalaches puis traversent le gollfe du Mexique pour rejoindre leurs lieux d'hivernage dans l'Est de l'Amérique centrale. Au printemps, une grandes majorité préfèrent suivre les côtes plutôt que d'effectuer la traversée. Les parulines tristes quittent les lieux de reproduction de la fin juillet à la moitié du mois d'Août, ils arrivent à destination à la mi-septembre . La migration de retour commence à la fin Mars, les oiseaux revenant sur les lieux de ponte vers la mi-Mai. Ces oiseaux vagabondent dans l'ouest des USA (Californie, Oregon, Montana, Colorado, Arizona et Nouveau-Mexique) en Automne.

REPRODUCTIO N

La saison de nidification se déroule de Mai à juillet. Le nid est placé sur le sol ou occasionnellement à faible hauteur dans un buisson. C'est une coupe plutôt volumineuse construite avec des feuilles mortes et des herbes. Elle est garnie avec des radicelles et su crin et elle est souvent dissimulée dans un enchevêtrement dense. La ponte comprend 3 à 5 ufs qui sont couvés par la femelle seule pendant environ 12 jours. Les oisillons sont nidifuges et quittent leur lieu de naissance au bout de è à 9 jours.

NOURRITURE

Les parulines tristes se nourrissent presque exclusivement d'insectes et d'araignées, glanant à de faibles élévations dan les sous-bois touffus. Elles consomment aussi des petits corpuscules qui sont produits à la base des feuilles de cécropia

PROTECTION/MENACES

Les parulines tristes sont relativement communes. Dans les régions où leurs aires se superposent, ces oiseaux s'hybrident volontiers ave les parulines de Mc Gillivray. D'autres cas d'hybridation ot été signalés avec les parulines masquées (Geothlypis trichas), les parulines du Canada (Wilsonia canadiensis) et les parulines à ailes bleues (vermivora pinus).