MERLE D'AMERIQUE

Classe : Oiseaux Ordre : Passeriformes Famille : Turdidés Longueur : 23-28 cm Envergure : 31-40 cm Poids : 59-94 gr Longévité : 14 ans

American robin Wanderdrossel Robín Americano   Merlo americano Roodborstlijster Vandringstrast
Tordo-americano Strantsvujuchtchyi Drozd

Caractères distinctifs  : Le mâle de la race nominale a une tête noirâtre et un anneau occulaire blanchâtre. Il a de petites mouchetures blanches au-dessus des lores. Sa gorge est blanche , striée de noir. Ses parties supérieures affichent une couleur gris-brun. La queue est sombre , mais avec des petites taches blanches à l'extrémité des rectrices extérieures qui ne se voient qu'en vol. Le dessous est entièrement roux-orange, hormis la zone anale qui est blanche. Le bec est jaune, les pattes brunes. La femelle est semblable à son partenaire mais la livrée semble plus terne les parries blanches paraissent plus chamoisées.

Les juvéniles sont brunâtres avec des taches et des stries chamois sur les parties supérieures. Leur dessous est roussâtre terne avec une abondante moucheture noirâtre au niveau de la poitrine et des flancs.

La race nigrideus est plus sombre que la race nominale au-dessus et en-dessous. Sa zone anale est grise. La race achrusterus est de taille inférieure. Elle est plus brune dessus, plus fauve dessous. Les taches des rectrices sont extrêment réduites. La race caurinus est plus petite que la race nominale. Le noir de la tête se développe jusqu'au manteau. Les parties supérieures sont gris-brunâtre. La race propinquus ressemble à la précédente mais elle plus grande et plus pâle. La race philippsi est idenique, mais avec un plus gros bec, un dessus plus sombre et un dessous plus brun. Enfin la race confinis est gris-brun de la tête au croupion. C'est la seule qui possède un sourcil blanc. Elle a un dessous chamois-sable, bien plus clair que la race nominale.

Chant : La saison des chants se déroule surtout de Mars à Juillet, avec une courte résurgence en Septembre. Le chant est principalement un privilège du mâle. Il chante tôt le matin et dans la lumière tombante du crépuscule , la plupart du temps à partir d'un perchoir élevé. C'est une série de phrases courtes et parfois hésitantes composées de gazouillements liquides qui montent et qui descendent . Les anglophones le retranscrivent de la façon suivante : "cheerily, cheer-up, cheer-up, cheerily, cheer-up". Les cris incluent un rapide « cluck-cluk » qui varie en volume et en intensité selon la gravité de l'alarme et un « sreet » haut et ténu, qui est émis en vol. Les jeunes gazouillent pour réclamer leur nourriture.

Habitat : Le merle d'Amérique est surtout un habitant des forêts et des bois, dans les zones où les précipitations sont assez abondantes. On le trouve dans toutes sortes de boisements qui vont de la toundra , des zones marécageuses et des fonds de vallée jusqu'à la limite de la ligne des arbres à 3700 mètres. Il est également présent dans les prés et dans les clairières , dans les peuplements de conifères, les bosquets d'aulnes et les terres cultivées bordées d'arbres. Sur l'ensemble de son aire de répartition, il est commun dans les champs avec haies, sur les pelouses, dans les jardins, sur les parcours de golf , dans les parcs, les vergers et les massifs d'arbustes des banlieues et des villes ( y compris les plus importantes comme New York).

Cette espèce est endémique d'Amérique du Nord. Elle est présente sur tout le continent, de l'Alaska et du Labrador jusqu'en Floride et en Californie. Sur ce vaste territoire, 7 sous-espèces sont officiellement reconnues : T.M. migratorius, la race nominale ( niche dans l'Alaska, le Canada, le Nord-Est des Etats Unis, Pennsylvanie, New Jersey) - T.M.caurinus (sud-est de l'Alaska, Littoral Ouest des Etats unis) - T.M.propinquus ( Sud-ouest du Canada, Colombie Britannique et Sakatchewan) - T.M.Nigrideus (ESt du Canada, Labrador et Newfoundland) - T.M.achrusterus ( Sud-Est des USA, de l'Oklahoma à la Virginie, en direction du sud jusqu'au Texas et à la Floride) - T.M. confinis ( Baja californienne) - T.M.philippsi ( zones montgneuses du Mexique de Jalisco jusqu'à Oaxaca). Les quatre premières races sont migratrices alors que les 3 autres sont sédentaires.

Merle de San Lucas (Turdus confinis)

Le mâle la remplace parfois brièvement à la fin de la période. L'envol des jeunes s'effectue 15 à 16 jours apprès l'éclosion. Le merle d'Amérique élève 2 ou 3 nichées par an, sauf dans le Nord où il n'en élève qu'une.

Régime : Les merles d'Amérique recherchent leur nourriture à terre, dans les arbres et dans les buissons. Ce sont principalement des végétariens. Ils consomment une grande variété de fruits sauvages et de fruits cultivés, ainsi que des baies . Parmi les matières végétales, leur préférence va aux fruits du cèdre rouge, du genevrier, du laurier, de l'amélanchier, du sorbier , de l'aubépine et du chèvrefeuille ainsi qu'aux mûres, phytolaques, framboises, prunes et raisins. Les insectes et les invertébrés représentent une part moins importante de son alimentation. Ils ingurgitent surtout des coléoptères, des chenilles, mais également des fourmis, des punaises, des mouches, des sauterelles, des araignées, des escargots, des scolopendres et des vers de terre. Les oisillons recoivent exclusivement de vers de petite taille et des invertébrés à corps mou. Dans certains endroits (notamment la racine caurinus), les merles d'Amérique aiment rechercher leur nourriture sur les plages où ils capturent des insectes et des petits mollusques.

Protection/Menaces : Le merle d'Amérique a subi un sérieux déclin à la fin des années 50 et au début des années 60 lorsque le DDT et d'autres insecticides furent déversés sur les cultures et dans les jardins. Les vers de terre contaminés par ces produits chimiques causèrent la mort des merles qui les mangeaient. De nos jours, les effectifs se sont stabilisés et ils sont même en progression . En effet, en coupant les arbres pour l'agriculture et la construction , l'homme contribue à élargir l'habitat favori de cet oiseau qui est devenu aujourd'hui plus commun à proximité des habitations que dans ses habitats naturels.

Voir la fiche de Nicole

Les oiseaux qui nichent en Alaska et probablement sur tout le territoire du Canada sont migrateurs. Ils prennent leurs quartiers d'hiver dans le sud des USA, aux Bahamas, au Mexique dans les zones montagneuses du sud du Guatemala. La plupart des oiseaux quittent les lieux de nidification en Septembre et Octobre, excepté ceux de l'Alaska et du grand Nord canadien qui amorcent le mouvement dès la fin du mois d'Août. Ils parviennent sur les lieux d'hivernage à la fin Octobre et y restent, selon les régions, jusqu'à Mars ou Avril. Les premiers retours s'effectuent dès la fin du mois de Fevrier ou au début du mois de Mars, mais les derniers oiseaux à réintégrer les sites de reproduction n'arrivent en Alaska et dans la péninsule de Seward qu'au début du mois de Mai. En hiver, quelques rares oiseaux, errent jusqu'en Europe, en France, en Belgique et surtout dans les îles Britanniques

Vol : Le merle d'Amérique est capable de couvrir de longues distances en migration, mais le vol le plus souvent observé est situé près du sol et seulement sur de courtes distances.

Comportements  : En dehors du Nord, du Nord-Ouest et de l'extrême Sud de son aire de distribution, c'est une espèce très familière qui recherche sa nourriture et qui niche dans les jardins à la périphérie des villes. La race Caurinus fréquente les forêts denses de conifères et d'épicéas, aussi ne s'aventure-t-elle que très rarement dans les banlieues. Par bien des aspects, son activité et son allure ressemblent à celles du Merle Noir d'Europe, bien que paraissant plus énergiques et plus hardies, avec un port de tête plus altier, des ailes qui tombent légèrement le long du corps et quelques petits mouvements nerveux de la queue. A terre, il marche, il sautille et il court. En vol, sa silhouette est assez facilement identifiable en raison de son dos rectiligne et de son ventre relativement arrondi. Comme la plupart des autres turdidés, son vol est constitué d'une alternance d'amples battements d'ailes et de courtes glissades, ce qui lui donne une trajectoire assez onduleuse. Même en dehors de la période de reproduction, les merles d'Amérique se perchent en commun. A la fin du mois de juillet et en Août, ces dortoirs peuvent contenir plusieurs milliers d'oiseaux à leur période de fréquentation maximale.
Reproduction : La saison de nidification se déroule d'Avril à la fin Août. La femelle se charge seule de l'édification du nid mais le mâle l'aide en rapportant des matériaux. C' est une large structure désordonnée construite avec des herbes, des brindilles, des tiges , des ficelles et même parfois des morceaux de tissu. La coupe intérieure est constituée d'une épaisse couche de boue lissée qui forme un rebord, puis garnie de fines herbes sèches. Le nid est habituellement placé à la fourche d'un arbre ou le long d'une grosse branche, entre 1,5 et 5 mètres au-dessus du sol. En ville, il est souvent installé sur la saillie d'une habitation, au sommet d'un poteau, dans une gouttière ou sous un porche. Le merle d'Amérique peut utiliser toutes sortes d'endroits qui lui conviennent , une touffe de roseaux , d'anciens nids d'autres espèces. Le nid peut même occasionnellement être situé sur le sol. La femelle dépose entre 3 et 6 oeufs, de forme ronde ou ovale, de couleur bleu pâle ou parfois blanche.Ils sont généralement sans taches ou alors avec de minuscules points brun foncé. L'incubation , qui dure de 11 à 14 jours, est presque entièrement assurée par la femelle.