PIE-GRIECHE BUCEPHALE

Classe : Oiseaux Ordre : Passeriformes Famile : Laniidés Longueur : 20 cm Envergure : ?? cm Poids : 37,3-54,4 gr

Bull-headed Shrike Büffelwürger Averla testaditoro Alcaudón Cabeza de Toro
  Buffelkopklauwier Rosthuvad törnskata Yaponskyi Sorokoput

Habitat et Distribution : Son aire de reproduction s'étend en zone tempérée. En hiver, certaines populations pénètrent dans la zone tropicale. On trouve cette espèce du niveau de la mer jusqu'à 2700 m dans les Alpes japonaises. Cependant, la pie-grièche bucéphale vit généralement en-dessous de 1600 m et, en hiver, elle atteint rarement 600 m. La race sicarius qui vit dans le sud de la Chine peut grimper jusqu'à 2750 mètres. Sa vaste aire de distribution est surtout constituée de zones relativement ouvertes. Dans la région de l'Oussouri, on la trouve dans les forêts de colline qui ont été éclaircies par l'abattage et les incendies. A cet endroit, elle peut être considérée comme un oiseau qui vit à la lisière des

zones boisées, même si elle niche également dans les allées d'arbres au bord des prairies, les forêts riveraines clairsemées et les roselières. Aux îles Kouril, elle niche dans les clairières artrificielles créées par l'homme dans des forêts mixtes composées par les arbres traditionnels de la taïga et les massifs de bambous. Au Japon, où elle est très répandue, on peut l'observer dans le même genre d'habitats, mais aussi dans les zones cultivées ouvertes avec des arbres épars, le long des routes bordées de broussailles et d'arbres. Elle est également commune dans les villages, les parcs et les jardins même quand ils sont situés aux abords des grandes métropoles.

La pie-grièche est originaire du Centre-Nord-Est de l'Asie. L'espèce est sédentaire au Japon dans les îles Honshu, Kyushu et Shikoku ainsi que dans l'extrême sud de la peninsule coréenne. Elle niche à Shakaline, Hokkaïdo, les îles Kouril ainsi qu'en Mandchourie et dans une vaste zone littorale tout autour de la Mer Jaune. En hiver, la plupart des populations migrent en Chine du sud, de la région de Changhäï approximativement jusqu'a l'île d'Hainan.

Caractères distinctifs : L'adulte mâle possède un masque facial qui s'étend sur le yeux et les couvertures auriculaires. Le sourcil blanc est très évident en arrière de l'oeil, plus fin sur le front et réduit à un simple filet lorsqu'il rejoint la base du bec. Le front, le capuchon et la nuque sont roux. Les parties supérieures sont brun-olive du manteau et des scapulaires jusqu'aux couvertures sus-caudales. La queue est brun-sombre, echelonnée et très légèrement bordée de blanc aux extrémités. Les deux rectrices centrales sont plus sombres que les autres et présentent des extrémités noirâtres. Les ailes affichent une couleur brun-sombre avec des taches blanches distinctes sur les primaires. Les grandes couvertures et les tertiaires ont une bordure chamois clair. Les parties inférieures blanchâtre sont lavées de chamois-orange, en particulier sur la poitrine et sur les flancs. Des barres brun-sombre peuvent être visibles sur la region pectorale et les côtés du ventre. Le dessous de la queue est gris-brun. Le bec et les pattes sont noirs.

La femelle adulte ressemble assez au mâle. Toutefois son masque facial est plus brunâtre, et non pas noir. Le sourcil est plus crême et souvent moins évident. Le front, le capuchon et la nuque sont roux comme le mâle. Les parties supérieures ont une nuance plus olive. Les couvertures alaires sont identiques à celles du mâle, mais sans taches blanches aux primaires. Les parties inférieures sont plus fortement barrées. Chez les juvéniles, le masque facial est brun sombre. Les parties supérieures roux foncé, fortement barrées de noir du front jusqu'au dos, deviennent plus claires dans la région des scapulaires et du croupion. Les couvertures sus-caudales sont roux-foncé, la queue brun-roux. Les parties inférieures blanchâtre sont lavées de chamois et fortement barrées. Le dessous de la queue est brun clair

Voix : Le chant de la pie-grièche est assez puissant et rappelle quelque peu celui de la rousserolle verderolle. Il comprend des sifflements clairs, des imitiations d'autres oiseaux ou même de certains insectes comme les cigales. Le mâle émet un trille caractéristique au début de la saison de reproduction. Un autre cri peut être entendu couramment : il s'agit d'un "ju-ju-ju" ou d'un "gi-gi-gi" bruyant émis sur le ton du bavardage.

Nourriture : La plupart des proies sont des invertébrés. Dans une étude effectuée à Hokkaido d'Otobre à Avril, on a recensé 57 sortes d'insectes, les coléoptères représentant 57,5% du total. Les harpalidés (carabes) sont également particulièrement appréciés. Les pyrrhocoridés (gendarmes) et les vespidés (guêpes) viennent ensuite dans l'ordre d'importance. D'autres invertébrés comme les araignées et les mille-pattes entrent également dans la composition du menu de la pie-grièche bucéphale. Quelques vertébrés tels que les oiseaux, les musaraignes et les grenouilles apparaissent aussi dans la liste des proies consommées. Des matières végétales et des graines sont ingurgitées mais seulement en Octobre. D'autres observations révèlent que la pie-grièche bucéphale capture des vers de terre, des crustacés, des lézards et même des petits poissons. Lé régime de cet oiseau opportuniste varie tout au long de l'année. Des études éffectuées dans des nids de la région de l'Oussouri montrent que les oisillons sont nourris exclusivement d'insectes. Dans un premier temps, ils reçoivent des chenilles de papillons noctuidés, un peu plus tard des criquets ou des cigales.

Reproduction : Chez les populations sédentaires du centre du Japon, la formation des couples intervient à la fin du mois de Janvier lorsque les femelles pénètrent à l'intérieur du territoire hivernal des mâles. Dans l'Oussouri, où les populations sont migratrices, les premiers oiseaux qui reviennent sur les lieux de nidification au début du mois d'Avril sont généralement des mâles. De nombreux individus sont déja aparillés à leur arrivée, ceux qui ne le sont pas, trouvent rapidement une partenaire. Seule une petite partie des mâles se révèle incapable de séduire une femelle. Ces oiseaux sont très faciles à observer et à entendre.

Dans le Sud du Japon, la ponte peut commencer dès la fin du mois de Février. dans une étude éffectuée dans le centre du Japon, la plupart des mâles ont trouvé une partenaire à la fin du mois de Février et la nidification bat son plein à la mi-Mars. Dans l'Oussouri, elle ne commence véritablement que dans les dix derniers jours d'Avril. Dans les îles Kouril et à Hokkaido, elle ne démarre qu'en mai. A Shakaline, elle n'a lieu qu'un mois plus tard. La saison de nidification est très étendue et la pie-grièche a le temps de mener à terme deux nichées et parfois même plus mais pas dans toutes les régions de son aire. Les couvées de substitution sont également fréquentes si bien qu'on trouve encore des oeufs à la fin juillet, surtout dans les populations nordiques.

Les deux parents participent à l'élaboration du nid mais la femelle y prend une part plus active. Par temps clément, le nid est achevé au bout de 5 à 6 jours. Fabriqué avec des brindilles, de l'écorce, des feuilles et de la mousse, il est garni de fines racines et de crin. Il est dissimulé dans une grande variété d'arbres, de buissons ou de massifs de bambous, à une hauteur qui peut aller de 0,5 à 4 mètres 50 au dessus du sol. A Hokkaido, les nicheurs précoces s'installent plutôt dans des bammbous nains ou des plantes grimpantes à une hauteur de 0,75 m. Les nicheurs tardifs prennent place dans des buissons verdoyants à une hauteur moyenne de 1,35 m. Assez fréquemment, des épines ou des orties entourent le nid. Ce dernier est plutôt large, avec un diamètre extérieur de 16 cm et un diamètre intérieur de 8 cm pour une profondeur d'environ 10 cm. L'épaisseur des murs s'explique probablement par le fait que la ponte commence aussi précocément dans la saison.

La femelle pond habituellement 4 à 7 oeufs. Il peut y avoir des variations géographiques, les populations nordiques semblant déposer des pontes de plus grande taille. Cependant, des renseignements supplémentaires sont nécéssaires pour confirmer cett tendance. La femelle couve seule pendant 14 ou 15 jours. Le séjour des oisillons au nid dure environ deux semaines et les deux parents continuent à les nourrir sur leur territoire pendant quinze jours supplémentaires. Les nids des pies-grièches bucéphales sont régulièrement parasités par le coucou commun (cuculus canorus) et le coucou de l'Himalaya ( cuculus saturatus).

Comportements : C'est une pie-grièche assez bruyante . Chez les populations sédentaires du centre du Japon, le mâle et la femelle possèdent un territoire hivernal différent. A la fin du mois de janvier, les femelles errent à proximité des territoires des mâles jusqu'à ce qu'elles choississent un partenaire. La plupart d'entre elles s'installent alors à moins d'un kilomètre de leur propre territoire hivernal. Les mâles peuvent présenter deux caractéristiques : soit ils sont strictement sédentaires, nichant sur le territoire où ils ont passé l'hiver , soit ils sont "fluctuants", s'installant pour nicher sur un territoire différent. Au début dela saison reproductive, les mâles qui ne sont pas aparillés sont très démonstratifs. ils chantent puissammant à partir de perchoirs bien exposés, réalisant une parade qui les mène de cime d'arbre en cime d'arbre. Leur vol zigzagant est accompagné de trilles qu'on peut entendre de loin.

Lorsqu'un mâle repère une femelle, il émet des "kiou" courts et rauques qu'il répète à 3 ou 4 reprises et parfois un "kurrrrririri" perlé. Lorsqu'il parade à proximité de la femelle, il continue à chanter mais de façon plus calme. La densité des nicheurs est assez variable. Elle peut être étonamment élevée , dans certaines régions plus de 30 couples pour un espace d'environ 70 hectares. Le lien conjugal est assez fort : régulièrement 30% des femelles se retrouvent d'une année sur l'autre avec le même mâle sur le même territoire. Cependant, un pourcentage légèrement supérieur, 40%, change de partenaire même si son conjoint initial est présent sur son territoire habituel. Les femelles séjournent sur le territoire de leur conjoint pendant 50 à 90 jours, plus rarement de 100 à 150 jours s'il y a deux couvées successives. Bien que les oiseaux se déplacent rarement à plus de 200 mètres du nid, les territoires mesurent de 2 à 12 hectares. Si l'habitat est d'excellente qualité et si la densité des nicheurs est élevée, le territoire peut mesurer moins de 2 hectares. Les pies-grièches bucéphales chassent de la même façon que la plupart de leurs congénères, c'est à dire qu'elles volent rapidement en direction du sol à partir d'un perchoir situé à une grande hauteur.