PUFFIN DE PARKINSON

Procellaria Parkinsonii

Classe : Oiseaux Ordre : Procellariiformes Famille : Procelariidés Longueur : 41-46 cm Envergure : 112-123 cm Poids : 585-989 g Longévité : ?? ans

Black Petrel Schwartzturmvogel  Pardela de Parkinson  Procellaria nera  Zwarte Stormvogel   Mindre sotpetrell  Pardela-de-parkinson Sort Skråpe  tummameriliitäjä víchrovec čierny

CARACTERES DISTINCTIFS
Les puffins de Parkinson sont entièrement noir fuligineux mais bien souvent, ils sont plus foncés sur la tête et sur  le cou.Le dessous de la base des  primaires et des couvertures sont  légèrement  plus pâles et plus gris.
Les iris sont brun-noirâtre,le bec jaune-ivoire bien que le culmen et la  pointe soient plus ou moins nuancés de gris. Les pattes sont noirâtres.
Les sexes sont identiques, mais le mâle  a une envergure un  peu plus développée et un  bec  légèrement plus  long.
Les juveniles sont comme les adultes, mais  ils ont un  plumage frais entr mai et Août ,  lorsqu’à la même époque,  leurs parents ont un  plumage nettement   déterioré par  l’usure.
Les plumes corporelles et les rémiges  ne subissent pas de mue en  cours de la  première année et leur  bec  a tendance à  avoir  des taches  jaunes  réduites.  Par contre,  il  est parfois teinté de  gris, de rose ou  de  bleu.
Les puffins de  Parkinson  peuvent être confondus avec les  puffins aequicnotialis et  Westlandica, encore qu’il y ait des différences  importantes au  niveau de la  corpulence et  de la  conformation du  bec. Bien  qu’il  soit le  plus  petit du  genre,  on  peut aussi le confondre avec   les espèces  uniformément sombres du  genre Andenna notamment le  petrel noir (andenna pacifica) et le  petrel à  pieds  pales  (Andenna carneipes)

CHANT et  VOIX
Les  Puffins de Parkinson ne vocalisent uniquement qu’à  l’intérieur des colonies et  quand  la nuit est tombée.  3 cris principaux peuvent être identifiés :  le plus courant et le plus caractéristique est  un  claquement composé d’une série de  notes qui portent à  longue distance. Des notes saccadées sont lancées par les  oiseaux qui  resident à  terre  ou   dans les  tunnels. Des notes aigües et gutturals   sont délivrées pendant  une dispute.  Des cris aériens  peuvent  être  également entendus.  Quand  ils sont en  mer,  les puffins de  Parkinson  sont   plutôt silencieux.

HABITAT  et  DISTRIBUTION
Les puffins de  Parkinson sont des oiseaux marins et  pélagiques qu’on aperçoit souvent   à grande distance des côtes. Ils évitent les pieces d’eau situées   à l’intérieur des  terres, sauf  lorsque celles-ci   sont situées  à  proximité ou  à  une distance raisonnable des colonies.  Ces oiseaux nichent au sommet des crêtes  boisées dans des régions de  montagne.
Les Puffins d  Parkinson  résident  dans les eaux tropicales du centre et  de l’Est  de  l’Océan Pacifique.  Ces oiseaux d’assez grande  taille nichent  dans les  îles de la Petite et de la Grande Barrière, au  large du  Nord-est de  l’île  Nord, en  Nouvelle-Zélande.

COMPORTEMENTS
Les puffins de  Parkinson sont migrateurs.  Ces  oiseaux voyagent du centre et de l’Est du Pacifique en  direction du  Nord-Est vers les côtes  de l’Amérique  Centrale  et du sud,  entre le  Mexique (Guerrero) et le  Nord du   Pérou.
Ils sont très courants sur les côtes de  l’Equateur  , du   Pérou  et en  Amérique Centrale pendant la  période qui va de  Mars-Avril jusqu’à  Octobre. De faibles populations fréquentent l’Est de  l’Australlie  (Nouvelles-Galles du  sud) en février et en  Octobre.
Pendant la saison  reproductive,   ces oiseaux ont très  courants dans ls eaux subtropicales,   au  large du  Nord-Est  de la  Nouvelle-Zélande

REPRODUCTION
La saison de reproduction  commence en Novembre, mais le retour dans  les  colonies  s’effectue à partir du  10  0ctobre. La période  de  reproduction en elle-même  est précédé par  un exode pré-ponte qui  est realisé par les 2 parents et  qui dure  23  jours.
Le dépot des oeufs  se déroule principalement  du  20 Novembre au  25  Décembre, avec  une variation de  10  jours de chaque côté de ces  dates-butoir.  Les jeunes poussins  prennent leur envol à partir de la mi-Avril  jusqu’ à la fin  du mois de  Juillet.
Les puffins de  Parkinson ont une activité exclusivement nocturne quand  ils sont à l’intérieur des sites de nidification
Ils sont monogames, établissent  des liens  conjugaux  de longue durée .  Leur autorité territoriale s’exerce   sur  un faible espace   limité directement aux abords du  terrier.
Un peu plus de  20% des oiseaux  peut faire  l’impasse sur la sasison de nidification ou peut adapter  son   mode  de reproduction   aux ressources et   et  aux exigences  locales  à   n’importe  quel moment.
Dans les îles de la Grande Barrière, 65% des tunnels   sont utilisés pour  la ponte,  20  à  25% sont occupés par des  oiseaux  non-nicheurs,  le reste des terriers étant inoccupés.
Les puffins de  Parkinson  nichent en colonies, ils creusent eux-même leur  propre terrier qui mesure entre  1 et  3  mètres de long. Des cavités naturelles ou des espaces creux entre  les racines et garnis avec  un  peu de végétation  peuvent être également utilisés.
La ponte comprend  un  oeuf  unique  blanc   qui  mesure  70 mm sur  50 et qui  est couvé pendant  56 jours.
A la naissance,  les poussins ont un  duvet noir.  Ils reçoivent  de la part de leurs parents des soins restreints , les périodes   de  nourrissage étant peu  nombreuses  mais copieuses (121 grammes  de nourriture  par ravitaillement en  moyenne.
L’envol s’effectue entre  100 et  120  jours lorsque  l’oisillon a attaint le  poids   approximatif de   800 grammes. Mais il est capable de parvenir à  1 kilograme avant cette date
Le taux de  réussite des couvées est de  84%.  Les juveniles parviennent  à  la  maturité sexuelle entre  6 et  8 ans et demi., bien  qu’ils soient parfois plus  précoces.  La mortalité des adultes est  très faible, leur durée de vie  est  de  17  ans.

NOURRITURE, 
Les puffins de  Parkinson  se  nourrissent principalement de cephalopodes, du moins pendant la  période de  nidification. Ils consomment  également  une faible  proportion  de   petits poissons et de crustacés.
Les proies sont capturées  à la surface de l’eau, mais  ils précèdent aussi   à  des plongeons de faible profondeur et à  des courses-poursuites qui durent souvent jusqu’à  20  secondes.
Les puffins de Parkinson se nourrissent pendant  la nuit, soit en solitaire  soit en bandes  qui regroupent parfois  300  oiseaux.
Ils s’associent parfois à  d’autres espèces d’oiseaux marins  pour pêcher. Ils précèdent parfois au grand nettoyage  près des chalutiers et ils suivent souvent les bateaux.
Ils s’associent  souvent  avec les cétacés, notamment en dehors de la saion de  nidification. Ils recherchent la compagnie de  pseudorques et ,  dans certaines etudes,   76% des cas  montrent  une collaboration  entre ces oiseaux  et  des espèces de delphinidés.

PROTECTION/MENACES
D’après le  Handbbok des oiseaux du   monde,  ce puffin est considéré comme VULNERABLE. La population globale  est estimée à  14 000  couples  nicheurs et 5000 individus non-matures, bien que plusieurs études réalisées autour des années  95 sur  un espace marin de  14000 km carrés entre le Chili et Panama donne le chiffe étonnant de  38 000 individus  en   moyenne. 
Il faut dire que  l’espèce a  retrouvé un peu de vigueur après la destruction  des prédateurs (surtout  les chats) de la Grande Barrière qui étaient  responsables de la destruction  et la  perte d’un  fort pourcentage d’oisillons.
La mort accidentelle  de nombreux   oiseaux  pris dans les filets de pêche   reste un sujet important de  préoccupation.