MARTIN-PÊCHEUR A DOS BLEU

Classe : Oiseaux Ordre : Coraciiformes Famille : Alcédinidés Longueur : 16-19 cm Envergure : 25-29 cm Poids : 40 gr Longévité : ?? ans

Azure Kingfisher Martin pescatore azzurro orientale Martin Pescador celeste Azurfischer

Habitat : En raison de leur mode d'alimentation et de leur reproduction, les martins-pêcheurs à dos bleus sont dépendants du milieu aquatique. Jamais très éloignés de l'eau, ils fréquentent aussi bien les zones d'eau douce que les zones saumâtres proches du littoral marin. On les trouve dans les criques, les anses, les petits bras de mer, les mangroves, les réservoirs et les lacs même ceux qui sont proches des zones urbaines . Les martins pêcheurs à dos-bleus sont endémiques de l'Australie où ils fréquentent exclusivement les côtes Nord et Est du continent, en ce qui concerne ces dernières, à des latitudes aussi méridionales que la Tasmanie

Caractères distinctifs : Ce petit martin-pêcheur possède une tête, une nuque et des parties supérieures bleu-foncé. Une tache blanche ou chamois orne chaque côté du cou. La bordure et la pointe des primaires sont noires La queue courte et noire accentue l'aspect massif et trapu de sa silhouette. Les dessous, de la poitrine jusqu'à la queue présentent une belle teinte orange ou brun-rougâtre. La pointe des sous-caudales est tachetée de noir-grisâte. Les pattes et les pieds sont rouge éclatant. Le bec puissant , en forme de poignard et précédé à la base d'une petite marque circulaire blanc-chamois ou rouge, affiche une coloration gris-noir uni.

Comportements : Le martin-pêcheur à dos bleu à un vol rapide et rasant au dessus de la surface de l'eau. Quand il se déplace d'un endroit à un autre, sa perception se limite souvent à une simple fulgurence ou à un trait orangé et bleu qui entre et sort rapidement de votre champ de vision . Son chant est un sifflement aigu, assez difficile à entendre. Cette espèce n'est pas très grégaire. Selon les périodes, les oiseaux vivent solitairement, en couples ou en petits groupes familiaux ne dépassant pas la dizaine d'individus. L'abattage des arbres riverains, l'érosion des berges et la réduction de la qualité de l'eau sont les raisons principales qui sont avancées pour le déclin de cette espèce. Il faut y ajouter la concurrence alimentaire sévère exercée par la truite brune qui détruit progressivement les populations de petits poissons et réduit de ce fait l'une des principales ressources des martins-pêcheurs.

Reproduction : La saison de nidification bat son plein entre Octobre et Décembre mais se prolonge généralement jusqu'à Janvier. La construction du nid est précédée par un vol nuptial au cours duquel les deux partenaires se poursuivent en zigzagant au-dessus des cours d'eau et des rivières. Les martins-pêcheurs à dos bleus sont monogames. Les deux parents construisent un tunnel long de 80 cm à 1,30 mètre qui conduit à une chambre de ponte que les oiseaux garnissent d'écailles de poissons, de petits cartilages et de débris de coquilles. Ce couloir est habituellement creusé dans la berge molle d'une rivière ou d'un petit cours d'eau, entre les racines d'un arbre qui font saillie. Un perchoir est généralement placé à proximité de l'entrée. La femelle pond 4 à 7 oeufs blanc immaculé de forme circulaire. Ces oeufs sont typiques des oiseaux qui nichent dans les cavités : il ne sont pas pointus car il y a peu de risque qu'ils roulent à l'intérieur de la chambre. D'autre part, leur belle couleur claire permet instantanément à l'adulte incubateur de les répérer dans le noir.

Pendant la période de reproduction, qui est relativement longue, les martins-pêcheurs à dos bleu mènent généralement à terme deux couvées. Les jeunes sont dépendants des parents jusqu'à l'âge de trois ou quatre semaines.

Nourriture : Contrairement aux alcédinidés qui recherchent leur nourriture à l'intérieur des terres (les martins-chasseurs), les martins-pêcheurs s'alimentent principalement de petits poissons. Selon une habitude, bien établie, ils se perchent à l'affût sur une branche, à une altitude qui ne dépasse guère la plupart du temps un ou deux mètres, et attendent qu'une proie veuille bien passer à leur portée. Ils agitent souvent la tête avant de plonger. Autre technique, ils peuvent également pratiquer le vol stationnaire au-dessus de l'eau avant de soudainement s'immerger et de remonter à la surface avec leur proie. Leur menu n'est pas exclusivement piscivore, ils consomment également des crustacées et des insectes aquatiques qu'ils capturent au vol. Occasionnellement, il se nourrissent aussi de grenouilles.