CALAO SIFFLEUR

Bycanistes Fistulator

Classe : Oiseaux Ordre : Bucérotiformes Famille : Bucérotidés Longueur : 45 cm Poids : 413 500 gr (F) - 463-710 gr (M)

Piping hornbill, Whistling hornbill Bucero fischiatore Cálao silbador   kimittäjäsarvinokka Schreihornvogel Fluitneushoornvogel

Chant et Voix : La race Sharpii produit un faible sifflement et sa voix diffère de celle du Calao à cuisses blanches proche localement. Le cri de cette sous-espèce est un "kah-k-k-k-k-k" puissant qui ressemble à un rire gras. Il est plus court et moins lugubre que celui d'autres calaos africains comme le Calao à joues grises ou le calao à casque jaune avec lesquels son aire de distribution coincide.

Caractères distinctifs : Ce calao de taille moyenne et aux couleurs pie présente un ventre et un croupion blanc. Le mâle de la race nominale affiche des couvertures alaires noires ainsi que des secondaires largement terminées de blanc. Les rectrices extérieures ont des pointes blanches. Le bec et le casque sont brunâtres avec une base crême de nombreuses encoches sur les côtés. La peau nue autour des yeux est bleu foncé. La femelle est plus petite que son partenaire, le bec et le casque sont plus menus. La base du bec est plus sombre. Les juvéniles sont assez semblalbles aux adultes mais avec un petit bec qui ne porte pas de casque. La base du bec est orné de quelques plumes brunes.

La race Sharpii est plus grande. L'intérieur des primaires et la totalité des secondaires sont recouverts de blanc. Les rectrices extérieures sont entièrement blanches. Le bec et le casque crême portent une tache centrale sombre et ne sont pas ridés. Les plumes noires de la calotte sont plus fournies et forme une sorte de crête ébourriffée. La race Duboisi est semblable et peut-être même un peu plus grande. Elle présente également des primaires extérieures avec de larges bordures blanches. Des 3 sous-espèces, c'est celle qui possède le casque le plus volumineux.

Habitat et Distribution : Ce calao fréquente exclusivement les zones boisées. On le trouve dans les forêts primaires d'arbres à feuilles persistantes et les forêts-galeries avoisinantes. Il est également présent dans les mangroves et les forêts marécageuses. Occasionnellement, il s'installe dans les forêts en cours de régénération, dans les plantations et les régions de plaine jusqu'à 600 mètres d'altitude.

Les Calaos siffleurs sont endémiques de l'Afrique équatoriale et subéquatoriale. Leur aire de distribution forme une bande plus au moins large qui s'étire d'Ouest en Est du Sénégal jusqu'à l'Ouganda. Trois sous espèces sont reconnues : B.F. Fistulator, la race nominale (Est su Sénégal jusqu'à l'Ouest du Nigeria). B.F. Sharpii (Niger, Tchad, N-O de l'Angola, Ouest du Zaire). B.F.Duboisi (République Centrafricaine, Congo, Est et sud du Soudan, Ouest de l'Angola, Centre-sud du Zaïre).

Reproduction : On possède peu de renseignements sur la reproduction. Il semble qu'il n'y ait pas de saison-type. Les Calaos siffleurs nichent en Janvier, Avril, Juin et Octobre-Décembre en Afrique Occidentale. ils déposent leurs oeufs en Janvier-Février, Avril, Juillet et Septembre-Décembre en Afrique Centrale et Orientale. Le nid est situé dans une cavité

naturelle d'arbre, entre 8 et 15 mètres au-dessus du sol. La ponte comprend 1 à 3 oeufs, mais habituellement un seul jeune prend son envol. La femelle ne mue pas toujours ses rémiges et ses rectrices lorsqu'elle couve à l'intérieur de la cavité. On n'en connait pas plus. Pas d'estimation sur la durée d'incubation ni sur celle du séjour des jeunes au nid.

Comportements : Le Calaos siffleurs cherchent généralement leur nourriture à une hauteur de 30 ou 50 mètres dans la canopée. Parfois, ils poursuivent les insectes en vol. Il leur arrive également de descendre pour suivre la procession des fourmis-légionnaires. Les Calaos siffleurs vivent habituellement en groupes familiaux ou en petites bandes, bien que ces dernières contiennent parfois plus de trente individus. Ces oiseaux sont considérés comme sédentaires. A ce jour, on n'a encore jamais noté de déplacements en grand nombre qui s'apparentent à une migration, même si, certaines années au Libéria, certains oiseaux peuvent paraître assez éloignés de leur aire de distribution habituelle. Au niveau local, les calaos siffleurs parcourent souvent d'assez longues distances depuis les arbres fruitiers où ils se restaurent jusqu'à leurs lieux de repos.

Nourriture : Près de 90% de leur régime est composé de fruits qui représentent environ 40 sortes de plantes réparties dans 12 familles. Ils consomment également quelques insectes.

Protection : Le calao siffleur n'est pas globalement menacé. il est même localement commun dans les parcelles cultivées pourvues de grands arbres qui bordent les forêts primaires.