CALAO DE NARCONDAM

Rhyticeros Narcondami

Classe : Oiseaux Ordre : Bucérotiformes Famille : Bucérotidés Longueur : 70 cm - Bec : 12cm (M) Envergure : 96-105,5 cm Poids : 450 540 gr Longévité : ?? ans

Narcodam Hornbill Bucero di Narcondam Cálao de la Narcondam   narcondaminsarvinokka Narcondamhornvogel Narcondamneushoornvogel

Habitat et Distribution : Narcondam est une petite île isolée située à 150 km à l'Est de l'Archipel des Andamans, dans le Golfe du Bengale. De superficie inférieure à 7 kilomètres carrés, elle se présente comme un volcan éteint dont le sommet culmine à 706 m et dont les pentes sont entièrement recouvertes de forêts arides éparses . Le Calao de Narcondam est présent dans toute l'île, excepté sur les versants de prairies exposés au sud et au sud-Est. Il convient toutefois d'apporter quelques précisions concernant la répartition.

Les oiseaux les plus âgés, remarquables aux multiples chevrons qui maculent le casque, vivent dans des zones de basse altitude, généralement en-dessous de 300 m. Les individus les plus jeunes, dont l'âge ne dépasse pas trois ans, habitent les zones les plus élevées. Cette distribution en fonction de l'âge tend à prouver que les zones boisées situées à basse altitude sont plus importantes et conviennent mieux à l'espèce, lui procurant de meilleurs sites de nidification et des arbres présentant une plus grande rentabilité du point de vue des ressources alimentaires.

Caractères distinctifs : Le Calao de Narcodam appartient à un genre ( Aceros ou rhyticeros) comprenant 7 espèces réparties entre l'Assam (Est de l'Inde) et les îles Salomon. Tous ces oiseaux sont caractérisés par l'absence de plumes sur le menton et sur la gorge et la présence de sillons transversaux sur la base du bec. C'est l'espèce la plus petite de ce groupe puisque la longueur de ses ailes ne dépasse pas 31cm alors que celles de ses cousins mesurent toutes plus de 35 cm. Son poids atteint à peine le tiers de celui du Calo papou , du Calao festonné et du calao à gorge claire. En dépit de ces différences flagrantes, quelques traits de parenté sont toutefois perceptibles : Chez le calao de Narcondam, la peau nue du gosier est moins étendue, elle se termine de façon nette et rectiligne alors que chez les espèces citées précédemment , elle s'achève en formant un arrondi. Le capuchon et la nuque du mâle présente une teinte chatain brillant, alors que l'avant du cou est seulement chamoisé dans sa partie supérieure, virant au chatain au contact avec la poitrine. Le bec est plus étroit et moins incurvé que chez le calao festonné, la constat est encore plus fragant quand on compare avec la calao à gorge claire. Les boursoufflures du casque sont plus saillantes que chez les deux autres espèces. Le manteau noir affiche des reflets vert pur sous tous les spectres de lumière. Chez le Calao festonné et à gorge claire, sous certains éclairages, le plumage noir présente une nuance résolument bleue. Mâle et femelle se ressemblent même si cette dernière est légèrement plus petite. Chez les deux sexes, les iris sont rouge pâle, les pattes et les pieds sont bruns. Tous deux ont le même bec jaune, avec un large trait rouge brunâtre à la base des deux mandibules. La plaque postérieure du casque est brun-rougeâtre, bordée de jaunâtre. La succession de bourrelets est jaune corne entrecoupées de rides noir-brunâtre. La peau nue orbitale est bleu pâle, la peau nue gulaire est blanche avec une nuance bleu verdâtre. Toutefois, chez la femelle toute la livrée, exceptée la queue blanc pur, est noir de jais. Sa tête toute noire la distingue aisément du mâle qui possède la gorge chamois et le reste de la tête entièrement chatain éclatant.

Reproduction : La saison de reproduction commence dès le début de Février mais elle ne bat véritablement son plein qu'au mois de Mars et Avril. Comme les autres calaos du genre Rhyticeros ou Aceros, la femelle s'enferme dans dans une cavité naturelle d'arbre. Pendant tout le cycle de nidification, période où elle est recluse, elle procède à la mue de ses plumes de vol et elle est physiquement inapte au vol. Les nids sont placés à une hauteur qui varie de 1 mètre 60 à 28 mètres mais plus de 40% d'entre eux se trouvent en général entre 10 et 15 mètres. Les cavités situées dans les troncs et celles creusées à l'extrémité des branches sont utilisées à égale fréquence. Les essences occupées pour la nidification sont en nombre limité, la plus courante apartenant à la famille des tétramélacées (tetrameles insignis). 60% des nids se situent au-dessous de 100 m d'altitude, 30% entre 100 et 200 m et seulement 10% au-dessus de 200 m. Alors que la plupart des grands calaos ne sont capables d'élever qu'un oisillon, chez le Calao de Narcondam, la ponte contient deux oeufs. Dans tous les nids qui ont fait l'objet d'une surveillance, les deux jeunes prennent leur envol à des dates différentes. Il faut dire que l'incubation commence dès le premier oeuf et que les éclosions sont échelonnées, parfois avec près de 10 jours d'écart. Les males visitent régulièrement le nid pour nourrir la femelle et les petits. Ils empruntent systématiquement le même trajet qui va du nid jusqu'aux sites nourrissiers et ils sont de retour chaque 10 à 30 minutes.

Comportements : On n'a aucune indication de comportement territorial pendant la saison de reproduction. Certains autres adultes sont tolérés à proximité de l'emplacement du nid et la distance constatée entre deux nids voisins peut être inférieur à 25 mètres. Les calaos de Narcondam émettent un jacassement bruyant "ka-ka-ka-ka-ka"

Nourriture : Les figues constituent la part la plus importante de son menu mais il consomme également une trentaine d'autres espèces de fruits, parmi lesquels on peut compter ceux du palmier queue de poisson (caryota mitis), ceux de certains sterculiacées (sterculia rubiginosa) ainsi que certains méliacées. En dehors des fruits, la matière animale apportée au nid est constituée surout de mantes , et dans une moindre proportion d' araignées, de crabes et de lézards. Le ravitaillement de la couvée est l'apanage exclusif du mâle. Si un des oisillons reste au nid pendant plus de cinq jours après que son frère et sa mère en ait émergé, la femelle ne s'en occupe pas et reste en compagnie de celui qui est le plus autonome. Par contre, les deux juvéniles sont nourris conjointement par les parents dès qu'ils ont quitté le nid.

Protections/Menaces : Un premier recensement effectué en 1927 estimait la population de calaos de Narcondam à quelques 200 individus. Presque 50 ans plus tard, en 1972 une estimation assez imprécise fixait ce nombre entre 200 et 400 oiseaux. Le dernier datant de 1998 établit un chiffre entre 295 et 320, dont 65 à 68 couples nicheurs, ce qui implique une population relativement stable. Cependant compte-tenu du faible total des effectifs et de l'exiguité de l'aire de distribution, l'espèce, bien que ne subissant pas une pression importante de la part de la chasse et ne souffrant pas d'une dégradation exagérée de son habitat, est considérée comme vulnérable.