CALAO A JOUES BRUNES

Bycanistes cylindricus

Classe : Oiseaux Ordre : Bucérotiformes Famille : Bucérotidés Longueur : 60-70 cm - Poids : 12001411 gr(M) - 908-1043 gr (F) Longévité : ?? ans

Brown-cheeked Hornbill Bucero guancebrune Cálao Caripardo Nigerian-sarvinokka Braunwangen-Hornvogel Bruinoor-neushoornvogel

Chant et voix : Les Calaos à joues brunes sont facilement repérables grâce à leurs cris et à leur chant. Comme la plupart des calaos, ils ont une voix puissante qui porte à une longue distance. Contrairement aux Grands Calaos à casque noir et à casque jaune qui vivent sur le même territoire et dont les cris sont dix fois plus puissants entre Juillet et Fevrier qu'entre Mars et Juin, les Calaos à joues brunes sont plus constants et ne présentent qu'une faible variation dans le taux d'abondance entre ces deux périodes.

Caractères distinctifs : Ce calao de taille moyenne présente un croupion, des couvertures alaires et un ventre blancs, contrastant avec la tête , la gorge, la poitrine et les parties supérieures noir brillant. Les ailes ont une large bordure blanche. La queue blanche est traversée par un large bande noire en son milieu. Chez les mâles de la race nominale, les plumes de la face ont des liserés bruns. Celles du capuchon et de la nuque sont très hirsutes et forment une sorte de huppe. Le bec et le casque en forme de tube affichent une couleur crême. La base de la mandibule inférieure est marquée par une série de rainures assez profondes. Le casque porte des sillons sur les côtés et des rides à la base. La peau qui entoure l'orbite est rouge. Les iris sont rouge foncé. Les femelles est plus petites. Elles présentent un bec et un casque bien plus modestes, de couleur noirâtre. Leur peau orbitale varie du rose à la couleur crême. Les juvéniles ressemblent aux adultes, avec un bec plus petit et sans casque.

Il existe une variation géographique particulièrement remarquable. La race albotibialis possède des cuisses blanches et une face où les liserés bruns sont absents. Son bec est moins sillonné et affiche une couleur brun sombre avec une base et une pointe jaune crême. Le casque a une forme différente : il est plus long, plus applati sur les côtés. Il a une pointe plus saillante et légèrement moins de rides. La peau orbitale est jaune pâle et non pas rouge. L'iris est plus brun. La race albotibialis es t parfois traitée comme une espèce à part entière sous la dénomination de calao à cuisses blanches.

Habitat et distribution : Les Calaos à joues brunes fréquentent les vastes parcelles de grands arbres à feuilles persistantes. On ne les trouve que très rarement dans les forêts secondaires avoisinantes ou dans les plantations. Ce sont principalement des oiseaux des plaines et des régions basses, même s'ils sont parfois signalés à des altitudes pouvant culminer jusqu'à 4000 mètres (rarement). Les Calaos à joues brunes sont endémiques de l'Afrique occidentale et Centrale. La race nominale Cylindricus est présente en Sierra Leone et le long du littoral jusqu'au Togo. La race albotibialis vit du Bénin en direction de l'Est jusqu'à la limite de l'Ouganda et en direction du sud jusqu'au Congo, l'Ouest du Zaire et le Nord de l'Angola.

Comportements : La plupart du temps, les Calaos à joues brunes recherchent leur nourriture dans le feuillage des grands arbres émergents ou dans celui des arbres isolés. Ils prospectent dans la canopée, à une hauteur qui varie de 25 à 50 mètres au-dessus du sol. Cependant, il leur arrive parfois de descendre dans la végétation basse des forêts secondaires. Ils poursuivent également les insectes en vol. Les Calaos à joues brunes vivent habituellement en couples ou en petits groupes, mais ils se rassemblent parfois dans les arbres fruitiers en bandes qui peuvent compter jusqu'à 90 individus. Les effectifs des populations locales sont très irréguliers, ce qui tend à prouver qu'il y a des mouvements locaux. Au Cameroun, au Liberia et en Ouganda, des rapports font état de déplacement saisonniers, sans doute pour découvrir des arbres fruitiers dont les ressources sont disponibles.

Reproduction : On possède peu de renseignements. Au Libéria, la saison de nidification se déroule principalement de Septembre à Novembre, période de l'année ou les mâles se déplacent en solitaire. Partout ailleurs dans son aire de distribution, il n'y a pas vraiment de saison marquée et on trouve des nids à tout moment, de Janvier à Avril, de Juin à Août, mais aussi d'Octobre à Novembre. Les couples ne nichent pas systématiquement tous les ans. Les nids sont placés dans une cavité d'arbre, entre 20 et 25 mètres au-dessus du sol. On ne connait pas exactement la taille de la ponte. En bien des occasions, ce sont deux oisillons qui prennent leur envol, mais il n'est pas rare qu'un seul jeune acompagne ses parents à la fin du cycle de reproduction. Le mâle ravitaille la femelle pendant sa période de réclusion dans la cavité avec les jeunes. Il nourrit la nichée en régurgitant au minimum 12 fruits par visite. Il effectue entre 14 et 18 visites par jour. On ne connait pas la durée exacte de la période d'incubation ni celle du séjour au nid.

Nourriture : Environ 90% du régime est composé de fruits. On a repertorié 38 sortes de plantes reparties en 18 familles. Les Calaos à joues brunes consomment également des insectes, des oeufs et des jeunes oisillons.

Protection/Menaces : L'espèce n'est pas globalement en danger. Il est assez difficile de dénombrer mais les effectifs, mais on sait que deux nids sont généralement distants d'environ 2,4 kilomètres et que deux couples occupent un territoire qui est évalué approximativement à 300 hectares. La race nominale est plutôt rare et semble en déclin dans de nombreuses régions de l'Afrique occidentale. La principale menace qui pèse sur elle est indiscutablement la déforestation et la fragmentation de son habitat. La race albotibialis semble plus courante. Son aire de distribution, située plus à l'Est, est plus vaste. D'autre part, cette sous-espèce s'adapte mieux que la race nominale à la déterioration de son territoire. On la trouve plus régulièrement dans les forêts secondaires.