PEDIONOME ERRANT

Pedionomus torquatus

Classe : Oiseaux Ordre : Charadriiformes Famille : Pedionomidés Longueur: 15-19 cm Poids : 55-95 gr

Plains wanderer Steppenläufer, Trappenlaufhühnchen Llanero, Torillo Australiano Trapvechtkwartel Emipode dal collare

Habitat et Distribution : Les pédionomes fréquentent presque exclusivement les prairies ouvertes humides avec des herbes vivaces et éphémères telles les stipa, les danthonies ou les hélichryses. La structure de ces prairies, c'est à dire la manière dont ses différentes parties sont disposées entre elles et sont solidaires, est d'une importance primordiale. En effet, les pédionomes préfèrent toujours les pelouses basses ( jamais plus de 5 à 10 cm de hauteur) en alternance avec quelques très rares plantes plus hautes (de10 à 20 cm). L'espace entre les plantes est occupé par un peu de litière et par du sol nu argileux de couleur brun-roux que l'on trouve généralement dans les plaines élevées, le long des digues et des marais qui y sont associés. L'habitat qui convient à cet oiseau est formé de petites parcelles morcelées d'une superficie de 50 à 300 ha sur lesquelles aucun paturage dense ne peut se développer quelque soit la saison. Toute prairie haute est généralement délaissée, cependant certains champs de céréales et quelques paturages occasionnellement utilisés par le bétail sont parfois occupés.

Les pédionomes errants sont endémiques de l'Est et du Sud du continent australien. Ils sont surtout présent dans le Sud-Ouest et le centre du Queensland, dans l'ouest et la partie centrale de l'état de Victoria, ainsi que dans le Sud-Est des Nouvelles-Galles du sud. Quelques passages récents ont été signalés en provenance de l'Australie Méridionale. Quelques occasionnels auraient été également aperçus récemment dans le Territoire du Nord et l'Australie Occidentale.

Caractères distinctifs : Comme chez les turnix, la femelle est plus grande et a des couleurs plus éclatantes. La silhouette est assez semblable, trapue, avec des ailes courtes et arrondies. Le bec est moyen et tenu, de couleur crême ou jaune pâle, avec un culmen brun sombre. Les tarses et les pieds , qui possèdent 4 orteils, ont la même coloration que le bec. Les couleurs des parties orbitales nues s'intensifient pendant la période de nidification. Les deux sexes sont différents.

Chez le mâle adulte, la zone qui part du front jusqu' à la nuque et l'arrière du cou est brun clair, avec des écailles noires et des stries blanches qui deviennent plus évidentes sur la partie postérieure de la tête. La face est blanchâtre à chamois, avec des fortes stries brun-noir sur les joues et les couvertures oriculaires. Le menton et la gorge sont blancs, devenant chamois ou chamois blanchâtre avec de fines mouchetures brun-noir sur l'avant et les côtés du cou. La poitrine, les flancs et les couvertures sous-caudales sont chamois à orange chamois avec des croissants brun-noir, virant au blanc sans marques sur le ventre. Chaque plume du dessous porte une marque ou une strie centrale brun-noir. Le dessus et les petites couvertures présentent une teinte brun clair avec des vermiculations brun-noir et des stries blanches, devenant chamois crême sur les grandes couvertures. Les plumes de vol sont sombres avec un placard pâle à la base des primaires, visible en vol. Egalement visible, une large bordure chamois-crême qui rampe des secondaires jusqu'aux primaires internes. Le dessous de l'aile est majoritairement gris clair.

Chez la femelle adulte, l'ensemble du plumage est assez semblable à celui du mâle, mais il est bien plus brillammant coloré. Il s'en distingue également par un large collier noir caractéristique, fortement strié et pointillé de blanc et un haut de poitrine qui porte une épaisse bande rousse. Les côtés de la tête sont plus éclatants et plus chamoisés. La bordure supérieure du collier est plus richement colorée de brun-roux. La femelle possède un trait sourcilier semblable qui s'étend de la nuque jusqu'au dessus de l'oeil en longeant la partie supérieure des couvertures oriculaires. Les juvéniles ressemblent beaucoup aux adultes mâles. Ils diffèrent pourtant par un marquage plus important sur le plumage : écailles blanches sur le capuchon, chevrons brun-noir plus évidents partout.

Nourriture : Le pédionome errant consomme une grande variété de graines, qu'elles soient mûres ou tombées. Il se nourrrit également de feuilles, d'insectes et d'araignées et se désaltère en récupérant l'humidité contenue dans la végétation. Bien qu'il se nourrisse de végétaux et d'arthropodes tout au long de l'année, les proportions varient selon les saisons. Les graines herbeuses prédominent en été, les graines d'atriplex en hiver. Les arthropodes constituent la part la plus importante du menu au printemps. Du grès, des graviers et des petits fragments de galets sont ingurgités pour faciliter la digestion.

Reproduction : La femelle semble être polyandre et pratiquer, du moins occasionnellement, plusieurs partenaires successifs, bien qu'en captivité , elle établisse des liens privilégiés et forts avec un seul mâle. Elle choisit généralement un site dans une prairie composée d'herbes vivaces et éphémères, parfois dans une végétation plus dense, dans un champ d'orge récemment coupé, une récolte de blé ou d'avoine. Les nids sont placés dans une cavité creusée par la femelle et sont garnis de paille, de fines herbes et quelquefois de végétaux travaillés de telle façon qu'ils forment une sorte de toit. Les femelles nichent à deux reprises lorsque les conditions sont humides. Elles déposent 2 à 5 oeufs de couleur blanc-verdâtre, mouchetés et tachés de brun et de gris. En captivité, elles sont capables d'effectuer des pontes de remplacement. En principe, le mâle s'occupe seul de l'incubation. Il prend également en charge la responsabilité de l'éducation et de la surveillance des jeunes. Les poussins sont indépendants au bout de deux mois lorsque leurs couvertures primaires ont entièrement poussé. La saison de reproduction peut virtuellement se dérouler pendant à peu près tous les mois de l'année, cependant on trouve peu de nids en Mars et en avril. Les oeufs sont nombreux de fin Août à Novembre, avec parfois une seconde couvée en Janvier-Février dans les Nouvelles Galles du Sud . De nombreuses variations régionales peuvent intervenir : la pleine saison se déroule de Mi Août à début janvier en Australie Méridionale, début Octobre dans l'état de Victoria, en Automne et au début de l'hiver dans le Queensland.

D'autres facteurs, notamment les précipitations entrent en ligne de compte dans le succès des couvées. En cas de précipitations moyennes, la formation des couples intervient en juillet, la ponte en Août et l'élevage des jeunes en septembre. En cas de retard des pluies, la nidification est décalée en Automne et peut se poursuivre jusqu'au printemps. Les couvées rencontrent plus de succès en cas de chutes moyennes plutôt qu'en cas de sècheresse ou de précipitations élevées. Dans les années où les conditions s'avèrent trop difficiles, les pédionomes peuvent même s'abstenir de se reprodruire. Les jeunes atteignent la maturité sexuelle à la fin de leur première année.

Comportements : Bien que ce ne soit pas le cas en captivité, les pédionomes sont rarement observables pendant la journée. Ils déploient leur activité surtout au crépuscule et pendant la nuit. Ce sont principalement des oiseaux solitaires qui vivent néanmoins en couples pendant la nidification et en petit groupes familiaux pendant la période post-reproductive. En cas dalerte, ils se tapissent en position immobile ou alors ils s'enfuient rapidement en courant, la tête dans une position basse , les ailes parfois déployées et les plumes du corps ébouriffées. Leur vol est moins lourd que celui de la caille mais ils ne prennent leur envol qu'en cas de réel danger. Ce dernier s'accomplit avec les ailes en position inclinée, le corps effectuant de légers mouvements latéraux de torsion. Les pédionomes atterrissent occasionnellement sur des poteaux de cloture ou sur d'autres positions dont ils peuvent tirer avantage. Lorsqu'ils volent de jour, ils adoptent une position plus inclinée et une allure plus irrégulière que pendant la nuit, sans doute pour se protéger contre leurs prédateurs naturels, le faucon brun, le faucon berigora ou le busard tacheté. Lorsqu'ils marchent, les pédionomes marquent une pause, levant la tête et se dressant sur la pointe des pieds pour surveiller les environs. Ce sont des oiseaux extrêmement vulnérables qui peuvent être capturés à la main ou avec un filet à papillons s'ils sont sont éblouis pendant la nuit.