TURNIX A POITRINE NOIRE

Turnix melanogaster

Classe : Oiseaux SuperOrdre : Gallinacés Ordre : Turniciformes Famille : Turnicidés Longueur : 17-19 cm Envergure : ?? cm Poids : 80-119 gr Longévité : ~15 ans

Black-breasted Buttonquail Schwartzbrust-Laufhühnchen Torillo pechinegro Quaglia tridattila pettonero Zwartborstvechtkwartel

Habitat et Distribution : Le turnix à poitrine noire est une espèce sylvicole qui fréquente le forêts pluviales ou les forêts plus arides, pourvues en petits arbres à feuilles persistantes en araucarias et en fourrés. Ce sont généralement des zones boisées où la canopée est dense et le sous-bois clairsemé. Cet oiseau apprécie particulièrement le voisinage des arbres-bouteilles ( brachychiton rupestris) en alternance avec d'autres espèces de petits arbustes. Il peut parfois trouver refuge dans les arbustes grimpants comme les lantaniers. Très occasionnellement, on le trouve dans les chaumes à une distance assez respectable des forêts. Le turnix à poitrine noire est confiné aux zones recevant des précipitations annuelles comprises entre 770 et 1200 millimètres .

Il est endémique du littoral Centre-Est de l'Australie, du Sud-Est du Queensland, dans la région de Rockhampton jusqu'au Nord-Est des Nouvelles Galles du Sud. Plus au sud, la race semble éteinte.

Caractères distinctifs : Cet oiseau possède une queue courte formée de 12 rectrices, des ailes brèves aux extrémités arrondies. L'iris est blanc-crême, le bec gris moyen avec un culmen plus sombre. Les pattes et les pieds sont jaune terne. Les deux sexes diffèrent.

Chez le mâle adulte, le front, les côtés de la tête et le cou sont blancs, finement mouchetés de noir, avec une zone oriculaire plus sombre. La calotte et la nuque sont gris-brunâtre avec des écailles brun-roux. Les faces latérales ont des rayures noirâtres, le menton et la gorge sont blancs. La poitrine est gossièrement tachée et barrée de noir et de blanc, mouchetée de brun roux sur les côtés, devenant gris cendré avec de fines barres sombres sur le reste des parties inférieures. Le dessus, du manteau et des scapulaires jusqu'au couvertures sus-caudales et à la queue, présentent un ensemble majoritairement gris-brunâtre, barré de brun-roux et de noir avec des rayures blanches et d'étroites bordures gris-brun sur la moitié supérieure. Sur la partie inférieure du dos, la teinte devient plus uniforme, avec des barres plus fines et des rayures moins distinctes. Les plumes de vol sont gris brun sombre tazchées de brun-roux. La partie centrale des couvertures alaires est marquée de franges et de points blancs, ainsi que de rayures subterminales noires. Le dessous de l'aile est gris cendré.

La femelle ressemble beaucoup au mâle. Cependant sa tête est entièrement noire, lavée de chatain sur la partie arrière du capuchon et sur la nuque. De délicates marques blanches forment un léger sourcil et un trait moustachial pâle. L'arrière et les côtés du cou sont également noirs, marqués d'audacieuses taches blanches qui se poursuivent sur la poitrine noire en se tranformant en barres et en devenant plus clairsemées. Les parties inférieures sont généralement plus foncées que chez le mâle. Le dessus est identique, hormis la partie centrale des couvertures alaires qui est plus pointillée (et non pas rayée).

A quelques détails près, les juvéniles sont semblables au mâle adulte. Cependant, ils présentent une coloration plus terne.

Reproduction : La saison de Nidification intervient entre Août et Février, voire Mars. Le nid est une grattage au sol, garni d'herbes et de feuilles et placé sous un buisson bas ou une épaisse touffe. Il possède fréquemment un dôme assez important et une entrée latérale. Il est bâti en l'espace d'une seule journée par les deux partenaires. Les turnix à poitrine noire nichent en solitaire mais la femelle est souvent polyandre, c'est à dire qu'elle se reproduit successivement avec plusieurs partenaires. . Elle pond habituellement 4 ou 5 oeufs ronds ou ovales, de couleur chamois-blanc tachés de brun et avec des éclaboussures gris-pourpre ou noires. Les oeufs sont déposés à 1 ou 2 jours d'intervalle et l'incubation qui dure 15 ou 16 jours commence dès que la ponte est complète. Le mâle assume la plus grande partie de la couvaison et de l'éducation des jeunes. Ces derniers sont précoces et nidifuges. Il sont capables de se nourrir seuls dès l'âge de 8-11 jours, mais doivent être assistés pendant environ deux semaines. Ils acquièrent leur plumage adulte vers l'âge de 8 à 12 semaines et ils peuvent se reproduire dès qu'ils ont atteint entre 3 et 5 mois. Les groupes formés de 4 à 7 juvéniles déja enplumés qui accompagne une femelle seule représentent en général le regroupement de plusieurs couvées.

Nourriture : Le régime du Turnix à poitrine noire est composé surtout d'invertébrés : coléoptères , charançons, fourmis, araignées, ainsi qu'une multitude d'autres espèces. Scolopendres, mille-pattes et escargots terrestres constituent également une partie non négligéagle de sa diète. Il consomme aussi des graines , y compris celles des semences cultivées. Il recherche sa nourriture de jour comme de nuit en glanant, grattant ou picorant dans la litière.

Comportements : C'est un oiseau terrestre. On l'observe, seul, en couples, en groupes familiaux jusqu'à 7 individus ou en couvées de 4 à 5 oiseaux. En cas de danger, il court ou s'immobilise en position de statue, ne volant qu'occasionnellement et sur de courtes distances. Il est principalement sédentaire. On n'a repéré aucun mouvement saisonnier important, bien qu'il il puisse procéder à quelques invasions locales. Comme la plupart des turnix, celui à poitrine noire a une manière très particulière et très caractéristique de rechercher sa nourriture. Il creuse des cratères en forme de soucoupe en pivotant sur un pied pendant qu'il ratisse avec l'autre. Le grattage n'est pas toujours effectué dans la même direction. L'oiseau peut également le couvrir de ses ailes déployées, sans doute dans le but de couper la retraite à une proie qu'il aurait déterrée. La distance entre les différentes dépressions peuvent varier de 50 mm à 30 centimètres. Les groupes de cratères sont généralement distant d'une dizaine de mètres. L'ensemble de l'aire de nourrissage peut ainsi posséder jusqu'à une centaine de creusements. Le nombre le plus courant se situe entre 10 et 40 qui sont utilisés régulièrement.