FRANCOLIN DE LEVAILLANT

Francolinus levaillanti

Classe : Oiseaux Ordre : Galliformes Famille : Phasianidés Longueur : 34-38 cm Poids : 462-515 gr Longévité : ??

Red-winged Spurfowl, Redwing Francolino Alirosse Francolín AlirrojoRotflügelfrankolin Roodvleugel-frankolijn    Rødvinget Frankolin
Francolim-d'asa-vermelha frankolín rezavokrídlý   harlekiinifrankoliini

Chant et voix : Le cri d'avertissement est un sifflement aigu et mélodieux composé de 5 notes et suivi après une courte pause par un "heep" à peine articulé. Cela donne "whee-hee-hee-hee-whee, heep" ou "chirrya-cheep, chirrya-cheep, chirrya-cheep" ou encore "pip-pip-peep-peep-peep". Au kenya, le mâle délivre une rengaine assez monotone et trainante "li-al-de-werk". La femelle émet un gloussement tranquille lorsqu'elle accompagne les petits. Le

Francolin de Levaillant produit également un "kourr" comme cri d'alarme et un cri puissant et perçant quand il est obligé de jaillir en volant pour s'enfuir.

Caractères distinctifs : Le bec est brun-noirâtre avec une base jaune au niveau de la mandibule inférieure. Il est plus puissant et plus long que celui de la plupart des autres francolins. Les iris sont bruns, les pattes jaune-brunâtre. Les sexes sont identiques. Les mâles possèdent un éperon, les femelles n'en ont pas. Chez les adultes des 2 sexes, le capuchon et la nuque sont brun foncé avec des mouchetures rousses. La tête et les côtés du cou sont d'un roux éclatant, bordés extérieurement par une fine ligne de mouchetures noires et blanches qui rejoignent la large bande de la poitrine. La gorge affiche une couleur chamois-roux, devenant plus blanche sur le centre. Elle est bordée en dessous par des écailles noires et blanches qui encerclent la base du cou. Sous la poitrine, le reste des parties inférieures est chamois avec de taches rousses qui sont particulièrement visibles sur les flancs. Les parties supérieures sont brun foncé avec des mouchetures noires et d'évidentes stries chamois. Les primaires et les filets extérieurs des secondaires sont châtain-roux avec des extrémités gris-brun. La queue est brun-grisâtre foncé avec de fines barres chamois-roux.

Les juvéniles sont semblables aux adultes mais l'ensemble de leur plumage est plus terne. Leur bande pectorale et leur collier sont moins visibles car formés d'écailles grises et chamois, contrairement à celles adultes qui sont noires et blanches et donc plus contrastées.

Habitat et Distribution : Les francolins de Levaillant fréquentent les prairies humides qui recouvrent les pentes escarpées des montagnes. On les trouve également dans les vallées abritées qui sont pourvues de roselières. Ces oiseaux apprécient aussi les étendues herbeuses le long des cours d'eau, les régions où les brousailles alternent avc les clairières. Localement, ils pénètrent dans les zones cultivées. Les Francolins de Lévaillant vivent généralement en dessous de 3000 mètres, mais dans la province du Cap, on les trouve assez régulièrement dans des zones de maquis littoral , presque au niveau de la mer.

Les francolins de Levaillant ont une aire de distribution extrêmement morcelée qui va du Kenya, de l'Ouganda et du Zaire en direction du sud jusqu'au Malawi , la Zambie et les haute terres de l'Angola. Sur ce vaste territoire , on ne compte pas moins de six populations isolées . Les populations qui vivent en Afrique du sud sont isolées de celles qui vivent au nord. Dans ce dernier pays, l'espèce peut être observée au sud du Transvaal, dans l'Ouest de l'état libre d'Orange, dans l'Ouest et le Nord du Natal , au Lesotho et au Swaziland ainsi que dans les montagnes qui longent la côte de la province du Cap. Deux sous-espèces sont officiellement répertoriées : La race nominale F.L.levaillanti a une repartition méridionale (Afrique du sud, Nord Malawi et Nord-Est Zambie). La race F.L.kikuyuensis est plus septentrionale (Angola, Ouest Zambie, Zaïre, et Afrique Orientale). Cette dernière inclut les variantes muleme, adolffriederici, benguellensis, clayi et moboloensis.

Comportements : Le Francolin de Levaillant est apparemment plus confiant et plus hardi que beaucoup d'autres espèces de francolins. On le trouve généralement en petites bandes pouvant compter jusqu'à 10 oiseaux se nourrissant le long des pistes ou au bord des routes au petit matin et dans la soirée. S'il perçoit une situation de danger , il s'enfuit volontiers à toutes jambes . Il ne prend son envol qu'avec beaucoup de réticence .. Si la situation l'oblige à décoller, son vol et bas et rapide mais peut l'entrainer à une distance considérable de son point de départ. Il creuse la terre avec son bec puissant pour y trouver des bulbes et des tubercules. Il se repose à terre en petits groupes. La plupart de ses cris sont émis quand il est à terre.

Reproduction : C'est un oiseau monogame. Son nid est un petit grattage au sol garni avec des racines et de l'herbe. Il est situé sous une touffe d'herbe jamais très éloignée d'un point d'eau. La taille moyenne de la ponte est de 5 oeufs, mais les dépots peuvent varier de 3 à 12 oeufs. Ces derniers ont une couleur brun-olive ou brun-jaunâtre, tachés de gris sombre ou de brun. ils sont couvés par la femelle seule pendant environ 22 jours. Compte-tenu des grandes différences de latitude, la saison de nididification intervient à des dates très différentes : Mars-Juillet dans la région du Cap, Décembre au Transvaal. Plus au nord, la période de reproduction est influencée par les précipitations. Elle se déroule généralement pendant la saison des pluies ou au début de la saison sèche qui la suit immédiatement, c'est à dire d'Août à Mars comme c'est le cas dans lea province de Mpumalanga, en Afrique du sud. Il peut y avoir deux nichées par an.

Nourriture : En hiver, le francolin se nourrit principalement de bulbes et de tubercules qu'il récupère en creusant sous la surface du sol. Il selectionne surtout des plantes du genre Hypoxis, Rhodohypoxis, Moraea, Hesperantha et Gladiolus . En été, son régime se modifie quelque peu et les insectes constituent alors un pourcentage important de son alimentation.

Protection/Menaces : Dans certaines régions, l'habitat de cette espèce s'est considérablement réduit à cause du surpaturage et de la fréquence trop élevée des incendies. Dans l'Est de la région du Cap, le francolin de Levaillant a pratiquement disparu à cause de ces 2 facteurs. Au Kenya, son territoire s'est également considérablement réduit en raison de l'aménagement des hautes terres en surfaces agricoles. Toutefois, dans certains lieux d'Afrique australe, il est encore assez commun. Compte-tenu de la grande superficie de son aire, l'espèce est classée comme ne présentant pas de problème majeur.