RALE MARRON

Rallina rubra

Classe: Oiseaux Superordre : Echassiers Ordre : Gruiformes Famille : Rallidés Longueur : 18-23 cm Envergure : ?? cm Poids : 66-81 gr Longévité : ??

Chesnut Forest-Rail   Kastanienralle   Polluela Castaña Rallina castana della Nuova Guinea   Nieuwguinese Kaneelral Papuarall   akapapuakuina Lille Kastanjerikse papuanpunaräikkä

Chant et voix : Le râle marron émet des "krill" ou des "keow" rudes toutes les une à deux secondes, et cela pendant près de 130 fois consécutives. Les notes n'ont pas toujours la même tonalité et elles sont parfois plus grinçantes. Quand il vocalise, cet oiseau dresse la tête vers le haut et ouvre le bec à chaque note. Les cris peuvent être délivrés soit du sol soit d'un perchoir peu élevé. Quans les cris sont émis en duo, ils sont souvent plus rapides et plus rauques, "kee" ou "kek".

Quand ils sont dérangés, ces râles produisent des "keek" rudes ou des "eek" doux. Les oisillons émettent des sortes de pépiements ou de piaulements.

Caractères distinctifs : Ces râles de petite taille ont un plumage uniformément châtain-rougeâtre avec une teinte noirâtre sur la nuque et sur l'arrière du cou dûe à la pointe des plumes. L'axe central des plumes du dos est noirâtre, l'alula est noirâtre barré de blanc. Les couvertures alaires et les rémiges sont brun-noirâtre avec des barres blanches sur les filets intérieurs. La queue est châtain-roux uni. Le dessous des ailes et les axillaires présentent une couleur brun foncé avec d'étroites barres et un nombre variable de taches blanches. Les plumes de la partie basse des flancs et des sous-caudales sont d'un châtain plus terne, elles ont des extrémités vaguement plus pâles. Les iris sont bruns. Le bec est noirâtre mais la base et la pointe de la mandibule inférieure sont grisâtres. Les pattes et les pieds sont noirâtres.

Les femelles sont plus petites que les mâles. Elles ont quelques variations de couleur sur les parties supérieures, du manteau jusqu'au croupion. Elles présentent souvent des petites taches jaunâtres, blanches ou rouille sur le manteau. Les jeunes immatures des deux sexes ont parfois des barres sombres ou rousses sur le dessus de la queue

Habitat et Distribution : Les râles marron sont des oiseaux terrestres. On les trouve sur le sol à l'intérieur des forêts de montagne à des altitudes qui varient entre 1500 et 3050 mètres. A Tari Gap, dans le centre de la Papouasie, ils peuvent être observés dans les forêts mixtes de hêtres dont les troncs sont recouverts de mousse. Dans les endroits où ils cohabitent avec les râles de Forbes (Rallina forbesi), les râles marron occupent généralement les altitudes les plus élevées.

Le râles marron sont éndémiques de Nouvelle-Guinée. Ils vivent en 2 zones bien distinctes dans l'Ouest et dans le centre de l'île, des Monts de l'Arfak jusqu'aux Monts Hindenburg et aux Monts Victor-Emmanuel. Trois races différentes sont officiellement identifiées : R.r.rubra , la race nominale ( Monts de l'Arfak, péninsule du Vogelkop, dans l'Ouest de l'île) - R.r.klossi (Monts Weyland et des monts Nassau aux Monts Orange, y compris le pic Wilhelmina) - R.r.telefolminensis ( Monts Hindenburg et Monts Victor-Emmanuel ainsi que Tari Gap, dans le Centre de l'île).

Comportements : On ne possède pratiquement aucune onformation sur le comportement de cet oiseau. Tout ce qu'on peut dire, c'est qu'il est extrêmement timide, discret et que, la plupart du temps, il passe totalement inaperçu. Il est cependant possible de l' entendre : ainsi, plusieurs mâles peuvent répondre au cri d'alarme d'une femelle qui couve, ce qui laisse à penser que cette espèce établit peut-être un mode de reproduction coopératif, les mâles jouant le rôle d'assistant. Concernant l'organisation sociale pendant la nidifixation, on pense sans en être tout à fait certain que cet oiseau est monogame

Quand un oiseau qui couve est surpris au nid par un intrus, il tente immédiatement une manoeuvre de diversion pour détourner son attention. La femelle se tient immobile à l'entrée du nid pointant le bec vers le bas lorsque le visiteur approche. Puis elle tourne autour de la zone du nid en courant, les ailes abaissées et agitant parfois sa queue légèrement déployée. Si le danger s'avère important, un mâle profite de la distraction qui est opérée pour déplacer le jeune oisillon.

Reproduction : La saison de reproduction est morcelée en plusieurs périodes. La période principale situe en Octobre et en Novembre, mais il ya également des pontes en Juillet et en Août qui sont des mois qui suivent d'importantes chutes de pluie. Le nid est une grosse structure recouverte d'un dôme. Il est construit avec de la mousse, des herbes, des nervures de feuilles et des frondes de fougères. L'interieur est garni avec de fines fibres végétales, des radicelles et des reliquats de plantes découpées. Un des côtés de la base est plus développé et forme une sorte de rampe par laquelle on acccède à l'entrée du nid. Ce dernier est placé à un hauteur de 2 ou 3 mètres dans la couronne d'un petit pandanus situé dans un endroit paisible de la forêt. Il mesure environ 40 cm de longueur et entre 20 et 30 cm de profondeur. La chamabre de ponte mesure en moyenne 22cm sur 13.

Les râles marron ne pondent qu'un seul oeuf qui pèse entre 18 et 22 grammes soit 27% du poids d'un adulte. Celui-ci est généralement blanchâtre mais il peut avoir une forte nuance rosâtre. L'incubation dure au moins 34 jours si ce n'est 37 , ce qui est la plus longue période jamais enregistrée pour un rallidé. Les deux parents se relaient pour couver. L'oeuf n'est pas couvert en permanence , il est souvent délaissé jusqu'à ce qu'il devienne froid. La productivité des couvées n'est pas très importante, les râles marron ne produisent qu'un petit par an. Celui-ci est parfois tué par les pluies torrentielles qui tombent pendant la nuit.

Nourriture : Pas d'information disponible. Il est probable que son régime ne soit guère éloigné de celui du râle de Forbes qui appartient au même genre (Rallina) et avec qui il partage partiellement son habitat. (Voir la fiche)

Protection/Menaces : Cette espèce n'est pas considérée comme globalement en danger. Les race rubra et klossi sont même assez repandues à Irian Jaya (partie indonésienne de l'île) où elles étaient abondantes auparavant. La race telefolminensis est inégalement repartie. Elle est assez rare dans le secteur du Mt Hindenburg mais commune dans la région de Tari Gap. D'après Del hoyo et le Handbook, les effectifs sont stables et cette espèce ne semble souffrir d'aucune menace