NANDOU de DARWIN

Rhea ou Pterocnemia pennata

Lesser Rhea Nandù di Darwin Nandù petizo Darwinnandu Darwin-nandoe Darvinov-nandu Mindre nandu nandu menší

Classe : Oiseaux SuperOrdre: Coureurs Ordre : Struthioniformes Famille : Rhéidés Longueur : 92,5-100 cm Envergure :? Poids : 15-25 kg

Habitat : Le Nandou de Darwin vit exclusivement dans les plaines ouvertes : zone de broussailles clairsemées, comme la puna du plateau andin, régions de steppes qui s'étendent sur le versant Est des Andes, et plaines de la Patagonie. Il préfère la proximité des lacs, des rivières et des marécages en période de nidification , même si son habitat est constitué généralement de terres arides le reste de l'année.

Caractères distinctifs : Il ressemble à une autruche bien qu'il soit considérablement plus petit. Il est d'ailleurs parfois appelé "autruche d'Amérique du sud". Ses ailes sont proportionnellement plus larges que celles de la plupart des autres ratites, même s'il est, lui aussi, absolument incapable de voler. Il a trois orteils, une griffe puissante à l'extrémité de chaque aile dont il se sert effectivement comme arme. Des plumes lisses et douces couvrent les cuisses et la partie supérieure des tarses. Le nandou de Darwin est brun avec des mouchetures blanches en tout plumage. La femelle est plus terne, les marques blanches sont moins importantes sur le dessus. Le juvenile est brun uni, sans marquage. Il n'acquiert progressivement l'intégralité de son plumage adulte qu'à sa troisième ou quatrième année.

Nourriture : Le Nandou de Darwin consomme principalement des matières végétales : racines, fruits, graines et feuilles. Toutefois un faible pourcentage de son régime est constitué d'organismes vivants tels que les insectes et les petits invertébrés. Il boit peu d'eau car la majorité de ses besoins sont satisfaits par l'absorbtion de plantes. Il ingurgite également des cailloux pour faciliter son transit. Contrairement au Nandou d'Amérique qui est continuellement actif pendant la recherche de nourriture, il ne lui est pas nécéssaire d'effectuer de gros déplacements : l'abondance de végétation dans son habitat naturel lui apporte suffisamment de ressources pour pourvoir à se besoins au cours de l'année.

Reproduction : La saison de reproduction intervient à des dates assez variables. Au début de la période, les mâles rivalisent dans des courts affrontements pour s'assurer un territoire. Un fois qu'il est consolidé, les mâles essaient d'y attirer les femelles en les poursuivant à grande vitesse, les ailes écartées. Quand ils ont réussi à conquérir 2 à 12 femelles, ils commencent leur parade qui comporte des cris variés, des courses d'encerclement et des battements énergiques d'ailes. Après la copulation, le mâle conduit ses femelles en groupe jusqu'au nid où elles déposent leurs oeufs l'une après l'autre. Puis les femelles s'en vont, toujours en groupe. Dans les semaines qui suivent, elles reviennent chaque deux ou trois jours pour y déposer de nouveaux oeufs jaune-vert olive se fondant en chamois. Une fois que la ponte est achevée dans un nid particulier, les femelles partent s'accoupler avec un autre mâle et déposer une nouvelle ponte dans le nid correspondant. Elles laissent leur ancien partenaire à sa tâche qui consiste désormais à couver les oeufs et à s'occuper seul de l'éducation des jeunes.

L'incubation commence 2 à 8 jours après le début dela ponte et dure entre 35 et 40 jours. Le mâle devient agressif à l'égard de tout ce qui approche, y compris des femelles qui viennent déposer de nouveaux oeufs, si bien que souvent, elles les déposent dans le voisinage immédiat. Le mâle roule ceux qui sont le plus proches à l'intérieur du nid , mais quelques-uns restent hors de portée et sont définitivement perdus. Ces oeufs en décomposition sous le soleil attirent les mouches qui deviennent une ressource supplémentaire pour le mâle et les nouveaux-nés. La ponte finale atteint ainsi 13 à 30 oeufs. Dès qu'un jeune nait, il pousse des cris, incitant les autres à éclore. De cette façon, ils brisent presque tous simultanément leur coquille au bout de 24 à 28 jours. Les poussins sont gris-bruns avec des stries noires, leurs tarses sont entièrement enplumés.

Après quelques jours, le mâle conduit les poussins hors du nid. Il organise la cohésion du groupe et les maintient au contact au moyen de sifflements. toutefois si les jeunes sont en danger, à cause de la trop grande chaleur ou de la température nocturne excessivement basse, ils se tapissent au sol ou viennent se réfugier sous les ailes du mâle. Ce dernier est très protecteur. Les petits perdus sont souvent adoptés par un autre mâle au sein de sa propre famille, si bien que l'on assiste parfois à une grande diversité d'âge à l'intérieur des groupes. La période de soin parental s'achève en principe au bout de 6 mois, cependant les juveniles restent généralement au sein des groupes jusqu'à ce qu'ils aient atteint la maturité sexuelle à l'âge de 2 ou 3 ans.

Comportement : Les Nandous de Darwin sont assez grégaires et vivent en groupes mixtes de tous les âges et des deux sexes. Ils voyagent normalement en groupes comprenant de 5 à 30 inidividus. Pendant la saison de nidification, les femelles prennent l'initiative de fractionner en petites bandes au moment ou les mâles deviennent territoriaux. D'autre part, on a observé qu'un faible pourcentage de mâles choisissaient de vivre seul en reclus dès qu'ils atteignaient un âge avancé. Bien qu'il soient très sociables, les individus prennent la précaution de garder une certaine distance les uns par rapport aux autres, sous peine d'encourir une menace de "tête baissée". La menace de tête baissée est un rituel d'intimidation au cours duquel un oiseau jette sa tête en avant tout en émettant un sifflement, le bec grand ouvert. Ce rituel intervient souvent lorsque les oiseaux sont au repos.

Les Nandous de Darwin peuvent atteindre de vitesses proches des 60 km/h. Ce sont de puissants nageurs et on les a déjà observé traversant des rivières. Ils ont une excellente vue et une bonne ouïe. bien qu'ils soient capables de prendre facilement de vitesse les prédateurs, ils ont pris l'habitude de réduire leur foulée quand ils sont poursuivis et de se tapir soudainement dans les buissons en s'aplatissant contre le sol. Malgré sa grande taille, ils passent totalement inaperçus. Ils utilisent une autre tactique pour tromper ses ennemis : ils courent en zig-zag ou ils tournent brusquement en décrivant un angle droit. Bien qu'ils soient très rapides, ils sont peu résistants et ils courent avec le cou tendu à l'horizontale et les ailes pliées de façon à passer plus facilement entre les buisssons. Les Nandous ont une activité diurne, sauf pendant les périodes de canicule.